Article du Parisien : « Bourg-la-Reine : les interprètes en langue des signes lancent la révolte »

Depuis une semaine et la grève déclenchée samedi 30 mai, avec mes collègues interprètes de l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg-la-Reine (dont je suis salarié un jour par semaine) nous communiquons et utilisons les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, ce blog bien sur…) pour faire comprendre nos motivations et tenter de fédérer des soutiens notamment via une pétition en ligne ( http://ppfr.it/ilsengreve ).
Il faut croire que cette « agitation » est efficace car nous avons réussi à attirer la curiosité et l’attention d’une journaliste du Parisien, Pascale Autran. Elle a pris contact avec certains d’entre nous pour rédiger un article sur cet évènement.
Je vous mets en copie cet article et vous trouverez à la fin de ce billet le lien vers le site web du Parisien.
—————

Bourg-la-Reine : les interprètes en langue des signes
lancent la révolte

« C’est un métier mal connu, et surtout mal reconnu : les interprètes en langue des signes de l’Institut des jeunes sourds de Bourg-la-Reine lancent la révolte. Samedi, pendant la journée des parents, ils ont fait grève, du jamais vu dans cette institution vieille de 150 ans.

Fondé en 1861 par le père Bonhomme, l’Institut accueille 155 enfants sourds et malentendants, de la maternelle au bac, avec une école et un internat. Il est géré depuis 2011 par une association religieuse, Œuvres d’avenir. «C’est une belle histoire qui doit continuer dans de bonnes conditions», clame Stephan, l’un des interprètes en colère. En cause, le niveau de statut et de salaire d’une profession mal considérée, qui exige pourtant 5 ans d’études après le bac. «On nous paie au niveau d’un bac +2, proteste Stephan, le salaire d’embauche ici ne dépasse pas 1 300 €».

A l’Institut, les 9 interprètes traduisent les cours des professeurs, ils interviennent aussi lors des réunions de l’équipe professionnelle. «C’est un travail difficile, explique Théa, une autre interprète. Il ne suffit pas de connaître les signes, il faut traduire en simultané !» Le statut des interprètes est régi par une convention collective, la convention 66. «Elle nous place au même niveau que des animateurs de jardin d’enfant !» déplore Stephan, qui avec ses collègues réclame sa remise en cause. Une pétition a déjà recueilli plus de 250 signatures, et une lettre est partie ce mercredi pour réclamer un rendez-vous à l’ARS, l’Agence régionale de santé. Faute de réponse rapide, les protestataires menacent de nouvelles actions. Contactée, l’ARS n’a pas donné suite.

Du côté de la direction de l’Institut, on comprend les revendications : «La convention 66 qui nous régit ne permet pas de les payer au niveau de leurs compétences, pourtant reconnues, déplore-t-elle. Le risque, c’est que l’on vide nos établissements de gens compétents». Et de juger «complètement obsolète» un texte qui s’applique pourtant à la plupart des structures du même type.

Si l’étincelle est partie de Bourg-la-Reine, le mouvement de grogne pourrait donc bien s’étendre rapidement ailleurs en France, qui compte près de 450 interprètes en langue des signes. »

Retrouvez l’article sur le site du Parisien en cliquant ici

© Le Parisien – Pascale Autran

Communiqué des interprètes F/LSF suite à la journée de grève du 30 mai

L’équipe des interprètes de l’IJS de Bourg-la-Reine (dont je fais partie) a publié un communiqué pour faire le point après sa journée d’action du samedi 30 mai.

Le voici :

————–
Samedi 30 mai l’équipe des interprètes F/LSF de l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg-la-Reine a décidé de se mettre en grève sur une journée institutionnelle de recueil des attentes (rencontres parents, enfants, professionnels). Ce mouvement a fédéré tous les interprètes salariés.

La Direction a été contrante d’annuler l’ensemble des rendez-vous pris sur cette journée, exceptés ceux qui étaient assurés durant deux heures dans la matinée par des interprètes extérieurs.

Une « pétition papier » a permis de recueillir ce même jour plus de 130 signatures (professionnels et parents).

L’Agence Régionale de la Santé (ARS) a été informée de notre mouvement de grève le vendredi précédent. Elle a pu prendre conscience de l’importance de notre rôle et surtout du préjudice comptable que ce mouvement allait engendrer. Elle a d’ailleurs demandé à notre direction un rapport chiffré sur les pertes financières conséquentes occasionnées par notre grève.

La direction de l’établissement (à ne pas confondre avec celle de l’association Œuvres d’Avenir qui chapeaute l’Institut) nous a reçu et nous a exprimé son soutien. Plusieurs de ses cadres ont signé notre pétition jugeant nos revendications légitimes.
Mais elle nous a également  rappelés qu’elle n’avait pas de pouvoir décisionnaire en matière budgétaire et que seule l’Association Œuvres d’Avenir en lien avec le financeur (l’ARS) pourrait donner une suite favorable à nos demandes.

A présent nous devons nous rapprocher d’un syndicat majoritaire pour les futures négociations avec les autorités tutélaires. Parallèlement nous demandons a être reçu par l’ARS 92 avant le 1er juillet.
Sans réponse favorable de leur part nous n’hésiterons pas à lancer d’autres appels à la grève.

Nous avons mis en ligne une pétition pour que chacun d’entre vous puisse soutenir notre mouvement. Un nombre élevé de signatures donnera encore plus de force à nos revendications salariales.
Par avance merci.

http://ppfr.it/ilsengreve 

L’équipe des interprètes de l’IJS de Bourg-la-Reine : 
Sylvia Babin
Stéphan Barrère
Aurore Batista
Ricardo de Barros
Anne Ginat
Amandine Monlouis
Théa Nougaro
Nathalie Quétel
Stéphanie Weis
11330033_10153441870015719_4097649612018690766_n

Grève des interprètes de l’IJS de Bourg-la-Reine

Les interprètes salariés de l’Institut des Jeunes Sourds de Bourg-la-Reine (dont je fais partie) se sont mis en grève samedi 30 mai.

C’est une première dans l’histoire de cet Institut et un évènement très rare pour notre profession.

Décider de ne pas traduire une journée durant laquelle les parents viennent rencontrer les équipes pédagogiques (journée nommée « Recueil des Attentes ») pour faire le bilan de l’année écoulée et envisager l’avenir pour leurs enfants ne se prend pas sur un coup de tête.

Depuis plusieurs mois, les interprètes F/LSF réclament auprès de la direction de l’association Œuvres d’Avenir, qui chapeaute l’Institut, une hausse de leurs rémunérations et une évolution de leur statut.
Comme dans la majorité de ces Instituts, les interprètes en langue des signes dépendent de la Convention 66 : lors d’un entretien d’embauche, il est demandé à l’interprète d’être titulaire d’un diplôme de niveau I – master 2 (bac + 5) d’interprétation en langue des signes (ce qui est logique). Pourtant sa rémunération continue d’être alignée sur des métiers de niveau III (bac + 2) soit moins de 1300€ net par mois pour un jeune diplômé.

Des courriers ont été rédigés, une réunion a eu lieu, différents organismes ont été interpellés (Agence Régionale de la Santé, Conseil régional…) mais à ce jour rien. Pas une proposition concrète, pas de calendrier sur des évolutions possibles, pas de chiffrages des possibilités financières de l’Association.
Rien sauf une vague promesse « d’essayer d’évoquer la question lors d’une future rencontre avec l’Agence Régionale de la Santé ».

Pourtant en Ile-de-France, les interprètes en langue des signes travaillant dans d’autres instituts ont pu renégocier depuis longtemps leur salaire et statut à la hausse. D’où cet appel à la grève, samedi 30 mai qui fut suivi à 100% par les interprètes salariés. Ils ont profité de leur présence dans l’établissement pour informer les autres professionnels (professeurs, corps médical, employés et cadres administratifs…) , les familles et les élèves sur les motifs de cette grève et de la légitimité de ce combat.

Ce n’est qu’une première étape et ce mouvement a d’abord permis de montrer à la direction la volonté de voir aboutir leurs revendications au plus vite et pour commencer, que ces exigences soient inscrites à l’ordre du jour de la prochaine réunion qui aura lieu entre Œuvres d’Avenir et l’Agence Régionale de la Santé (ARS) début Juillet.

Vous pouvez soutenir leur action en signant la pétition en ligne :

11330033_10153441870015719_4097649612018690766_n

Thé ou café ? 

Un samedi par mois, à 10h00, traducteurs et interprètes d’Île-de-France ou d’ailleurs se retrouvent au Café du Pont neuf, pour un petit déjeuner/conférence.
Ce rendez-vous, organisé par le SFT (Syndicat National des Traducteurs Professionnel) est ouvert à tous, adhérents et non-adhérents.

Samedi 30 mai, le STF a invité l’AFILS (Association Française des Interprètes et Traducteurs en Langue des Signes) et les interprètes en langue des signes à venir présenter leur métier. Venez nous rencontrer !
Les échanges seront bien sur traduits en LSF et donc accessibles à tous.

photo-petit-dejeuner3
Voici le texte de l’invitation :

Les interprètes vous font signe ! 

Vous les avez sans doute déjà vus en bas à droite de votre écran de télévision. Ils montent sur scène à coté des orateurs, interviennent aussi bien en milieu médical que judiciaire, dans les administrations, dans des entreprises privées, lors d’événements familiaux ou de meetings politiques… Ce sont les interprètes en langue des signes, ou plus précisément : les interprètes d’une langue vocale vers une langue des signes (et inversement).
Quels sont les grands principes syntaxiques et grammaticaux de cette langue gestuelle ? Peut-elle tout exprimer, y compris les concepts les plus abstraits ? Quel rôle l’expression corporelle joue-t-elle dans la transmission des messages ? Comment se passe concrètement une prestation d’interprétation en LSF ? Quels sont les principaux clients de ce marché ? Existe-t-il une langue des signes universelle ?
Pour répondre à ces questions, et à bien d’autres encore, notre prochaine Matinale est heureuse d’accueillir Stéphan Barrère, Dina Makouke et Pascaline Michel tous trois interprètes et membres de l’AFILS, l’association française des interprètes et traducteurs en langue des signes.
Venez nombreux pour découvrir une langue et un métier pas comme les autres !

Notre rendez-vous aura lieu au : Café du Pont-Neuf, dans la salle à l’étage.
L’adresse : 14, quai du Louvre, Paris 1er, métro Pont-Neuf.
Nous vous attendons le 30 mai à partir de 9 h 30 et la séance débutera à 10 h 01.
Comme chaque fois, nous encaisserons nous-mêmes la consommation (un petit-déjeuner à 9,50 €) à votre arrivée. Si vous pouviez faire l’appoint, cela nous aiderait beaucoup.
Inscrivez-vous auprès de la delegation.idf-matinales@sft.fr d’ici le vendredi 29 mai à 12 h.
Nous pourrons mieux organiser la manifestation et vous remporterez peut-être notre livre du mois.

L’équipe des Matinales 
(Catherine, Chris, Clémence, Ilse, Jacqueline, Larry, Lidia, Maria et Nadia)

Plus d’infos sur leur site : http://www.sft.fr

logo3

L’interprète en langue des signes, un tiers impartial

Début Février, Direction[s]Emploi a publié une fiche métier sur – ça tombe bien – le métier d’interprète en langue des signes.

Je vous la mets en copie ci-dessous.
Une précision : curieusement la journaliste me fait parler au nom de l’AFILS (l’association française des interprètes en langue des signes) alors que je m’exprimais à titre personnel.

ILS Tiers impatial 1

ILS Tiers impatial 2

Le lien vers l’article : http://emploi.directions.fr/article_fm/2030724W/l-interprete-en-langue-des-signes-un-tiers-impartial et merci à Sophie de m’avoir signalé son existence.

© Stéphan – ( i ) LSF

Comment dire ?

Être interprète ou traducteur ne signifie pas seulement intervenir lors de conférences internationales, de grandes conventions d’entreprises ou pour traduire le dernier prix Pulitzer ou Goncourt.

Être interprète ou traducteur, et particulièrement être interprète ou traducteur en langue des signes, c’est aussi pénétrer dans l’intimité d’une vie. Nous sommes présents pour des instants de bonheur et de fêtes (naissance, mariage, achat d’une maison…), mais aussi lors de l’annonce d’une maladie incurable, d’un décès, d’un divorce conflictuel, d’un interrogatoire de police sur des suspicions de pédophilie, lors d’un entretien de licenciement…
Difficile dans ces instants de garder la neutralité attachée à notre métier, difficile aussi d’avoir le courage de tout traduire sans rien omettre ou tenter d’adoucir le propos tout en sachant que cela fera souffrir la ou les personnes présentes.

Ce long préambule pour introduire cette étonnante expérience via une caméra cachée

Capture d'écran 2015-04-15 22.23.18

L’histoire : des personnes sont convoquées pour un casting. Elles ne sont ni interprètes ni traducteurs.
Un homme, déjà présent, leur demande de traduire un message qu’il vient de recevoir via Facebook, mais écrit en lituanien, langue qu’il ne parle pas.
Même si on ne comprend pas l’anglais ou qu’on ne lit pas le lituanien (langue du sous-titrage), il suffit de regarder le visage de ces gens pour comprendre l’ambivalence de leur sentiments, entre le désir d’aider et la réticence à traduire ces mots de haine. Et on comprend que devoir tout traduire, d’une langue vers une autre, le plus fidèlement possible est infiniment difficile.


.

Être interprète ou traducteur implique parfois de devoir transmettre un message qui n’est pas facile à partager et face à de telles situations de détresse si les années de formation universitaires que nous avons suivies ne nous apportent sans doute pas la solution miracle, il est certain en revanche qu’elles nous y préparent.
Grâce à notre rigueur mais aussi à nos expériences professionnelles passées et à notre humanité nous permettons une communication ouverte même dans les situations émotionnellement difficiles.

Mise à jour (18/04/15) :
Merci à Marion qui me signale que la vidéo avec sous-titrages en français est visible en suivant ce lien

https://www.facebook.com/sofiane.soso75/videos/10206465120136173

———–

Cette vidéo est réalisée par l’agence www.svetimageda.lt basée en Lituanie.
Son site web (en lituanien) a pour objectif de délivrer des conseils pour savoir réagir face des insultes raciales ou homophobes.

© Stéphan – ( i ) LSF

Être interprète pour les personnes sourdes-aveugles

La sortie du film « Marie Heurtin » est l’occasion de faire un focus sur une spécialité peu connue du grand public et pratiquée par quelques interprètes F/LSF, l’interprétation pour les personnes sourdes-aveugles.
En effet ce biopic de Jean-Pierre Améris en plus de nous présenter la vie hors du commun de cette jeune fille auprès des religieuses de Larnay, nous rappelle que ces personnes à la fois atteintes de surdité et de cécité peuvent communiquer notamment grâce à la langue des signes tactile, langue des signes pratiquée au creux des mains, sur le visage, sur le corps, où les doigts des interlocuteurs se touchent, se lient et se délient pour former des phrases, des idées, des concepts…

isabelle-carra-marie-heurtin-710x399-5202


 [Les références des nombreuses publications de Sandrine Schwartz
que j’ai utilisées sont placées à la fin de ce billet]

En France on évalue de 4 500 à 6 000 (source CRESAM) le nombre de personnes atteintes de ce handicap rare, la surdicécité (sourd et aveugle). Ces personnes ont naturellement besoin d’accompagnements particuliers par exemple d’interprètes en langue des signes tactiles c’est à dire des interprètes qui traduisent du français oral ou de la langue des signes française (LSF) vers la langue des signes française tactile et réciproquement.

On trouve au sein de cette population de sourds-aveugles une prévalence non négligeable de personne atteinte du Syndrome de Usher.

Pour l’interprète, traduire pour des personnes sourdes-aveugles ne signifie pas simplement de « remplacer » une langue de signes visuelle (la langue des signes française par exemple) par une langue des signes tactile (LST). Cela nécessite des compétences, des techniques, un état d’esprit même qu’il faut acquérir via un enseignement et/ou en suivant sur le terrain d’autres interprètes en LST.
Ainsi, contrairement à l’interprétation classique en langue des signes, où l’on traduit souvent pour plusieurs personnes sourdes, dès que l’on travaille avec des personnes sourdes-aveugles, on n’interprète plus que pour une seule personne. Cette interprétation se pratique généralement assise, en face à face, si possible dans des sièges confortables avec un dossier car ce type de communication est physiquement très éprouvante aussi bien pour la personne sourde-aveugle que pour l’interprète.
La personne sourde-aveugle place ses mains sur les mains de la personne qui signe afin de percevoir les propos de l’orateur par le toucher : la configuration, l’orientation, l’emplacement et le mouvement des signes (voir la vidéo à la fin de l’article). On remarquera que par cette méthode de communication, les expressions du visage (si importante en langue des signes visuelle) ne sont pas perceptibles, sauf si la personne sourde-aveugle a des possibilités visuelles qui le lui permettent.

Autre différence notable, l’interprétation ne se réduit pas à traduire un discours, un message, elle implique des composantes paralinguistiques (transmission des émotions, par exemple) et extralinguistiques (description de l’environnement). Les personnes sourdes-aveugles ayant deux sens de recueil des informations à distance déficients (la vue et l’ouïe), l’interprète a pour mission d’être à la fois les yeux et les oreilles de ces personnes par rapport à leur environnement.

Enfin, dernière différence avec l’interprétation traditionnelle en langue des signes, l’interprète peut aussi être amener à guider les personnes sourdes-aveugles qui ont des difficultés à se déplacer seules. Ces dernières ne pouvant pas toujours se mouvoir par elles-mêmes entre deux moments de traduction (pour se rendre dans une autre salle de réunion, à la cantine…) ou lors des pauses (pour aller aux toilettes, prendre un café, fumer une cigarette…), il est parfois nécessaire de les guider d’où l’appellation de « guide-interprète » qui peut surprendre, cette dénomination remettant en cause, selon certains, son nécessaire devoir de neutralité.

On imagine aisément que la réception en mode tactile demande des efforts importants à la personne sourde-aveugle et prend plus de temps qu’une réception visuelle de la langue des signes.
En outre, l’interprète ne peut transmettre toutes les informations qu’il perçoit visuellement. En interprétation tactile, même si elles sont nécessaires, les informations multidimensionnelles (la description de l’espace) sont souvent limitées. En effet, les yeux et les oreilles sont capables de recevoir des informations bien plus complexes que celles qu’on peut recevoir uniquement par les mains et le toucher. Différents codes ou adaptations ou modulations permettent néanmoins la transmission de telles informations, mais en quantité et en qualité bien moindre. Et surtout les informations doivent être fournies de manière linéaire (une par une), ce qui limite grandement la quantité d’indices transmissibles simultanément au discours.
Cela suppose donc un traitement par l’interprète de l’information disponible. Il doit effectuer une sélection afin de relayer à la fois des aspects pertinents pour la traduction, ainsi que d’autres éléments pouvant intéresser la personne sourde-aveugle (tout en conservant son devoir de neutralité et de fidélité au message bien sur).

L’interprète est donc mis en position délicate de devoir anticiper l’attente de la personne et de faire des choix, situation que l’on ne rencontre pratiquement jamais en interprétation classique pour les personnes sourdes.
Parmi ces nombreuses informations, on peut citer le langage corporel, les expressions faciales, l’intonation de la voix des intervenants sont quelques uns des facteurs émotionnels ayant de l’importance dans la communication et qui doivent être autant que possible retransmis par l’interprète pour que la personne sourde puisse se forger sa propre opinion de la situation et des personnes en présence.
L’interprète doit également décrire la pièce, l’environnement de la réunion ou de l’entretien, identifier et nommer si possible chacun des participants, transmettre, traduire l’ambiance.

C108

Par ailleurs, par son mode de fonctionnement, l’interprétation pour les personnes sourdes-aveugles induit une proximité physique et psychologique bien plus grande que celle que l’on rencontre lors de l’interprétation classique en langue des signes pour des personnes sourdes : on se touche, on est à quelques centimètres l’un de l’autre.
De plus, lors de l’utilisation de la langue des signes en mode tactile, certains signes doivent s’effectuer sur le corps de l’interprète ou de la personne sourde-aveugle. Cela peut s’avérer délicat, surtout avec des personnes que l’on ne connait pas.
Comme le conseille ma collègue Sandrine Schwartz, « il est donc important de négocier les limites à ne pas dépasser en la matière, et de ne rien imposer, car cela risquerait d’entraîner un sentiment d’insécurité et de malaise lors de la situation d’interprétation. Un compromis peut consister en l’utilisation de zones neutres du corps pour certains signes s’effectuant normalement sur le visage par exemple. De plus, peut se poser le problème du regard des autres dans ce type de pratique, d’où l’importance pour l’interprète et la personne sourde-aveugle de connaître ce qui est acceptable pour chacun. »
C’est pourquoi ce type d’interprétation oblige les interprètes qui souhaitent s’engager dans cette spécialité à s’interroger auparavant sur ses propres limites par rapport au tactile.

Enfin lorsqu’on interprète en langue des signes tactile, il est évidemment fondamental d’avoir une bonne connaissance du fonctionnement de celle-ci afin de pouvoir adapter ses signes à une réception tactile, d’éviter les malentendus ou confusions de sens et d’adopter des stratégies linguistiques permettant une meilleure compréhension comme la répétition de certains signes ou morceaux de phrases, l’utilisation de la dactylologie (par exemple donner la première lettre d’un mot avant d’utiliser le signe pour éviter des malentendus quand la lecture labiale n’est pas possible), utiliser des synonymes (on ajoute un deuxième signe pour renforcer la signification du premier signe afin d’éviter des confusions)…

Etant donnée la complexité de ce type d’intervention, on pourrait légitimement s’attendre à ce qu’un minimum de formation soit proposé aux interprètes de langue des signes.
Or, paradoxalement, en France, aucune formation initiale ni complémentaire n’est prévue, si ce n’est, dans certains cursus universitaires, de brèves interventions d’une journée, assurées par des professionnels du CRESAM de Poitiers accompagnées de personnes sourdes malvoyantes ou aveugles.
Seule solution pour un interprète diplômé désireux d’acquérir ces compétences, se former directement auprès de ses pairs et s’inscrire à des stages de « Guide-Interprète » proposés par le CRESAM.
Pourtant, dans de nombreux pays européens, une telle formation existe depuis longtemps (une vingtaine d’années pour la Scandinavie). En Suède, elle est inclue dans le programme de formation universitaire dès la 1ère année.

De ce fait, en France, les interprètes pour les personnes sourdes-aveugles ont tous des profils et des compétences très variés. On peut les regrouper en 3 catégories (typologie établie par Sandrine Schwartz) :

  1. des guides-interprètes, occupant souvent un autre poste dans des structures accueillant des sourds-aveugles. Ce sont des professionnels aguerris de la surdicécité et des différents modes de communication et qui ont pour avantage de souvent bien connaître les personnes pour lesquelles ils traduisent ;
  2. des interprètes professionnels en langue des signes, qui ont fait le choix et la démarche de se former pour travailler avec des personnes sourdes-aveugles, mais ces derniers sont encore peu nombreux ;
  3. des interprètes sourds LSF/LST qui peuvent copier ou reformuler les signes d’un interprète entendant (ou de locuteurs sourds) en langue des signes tactile.

L’interprète en langue des signes pour les personnes sourdes a pour mission d’être un pont culturel et linguistique entre le monde des entendants et celui des sourds. L’interprète qui travaille auprès de personnes sourdes-aveugles a pour vocation d’être le lien entre un individu et la totalité du monde autours de lui, puisque comme l’affirme Helen KELLER, la célèbre première universitaire sourde-aveugle américaine : « La cécité éloigne la personne des choses qui l’entourent, mais la surdité l’éloigne des gens. »

– Extrait d’une interprétation en langue des signe tactile par Fanny Mantel

© Stéphan – ( i ) LSF


Il s’agit d’une rapide présentation de ce mode particulier d’interprétation F/LST car je ne suis pas un spécialiste et je ne la pratique pas.
Cependant nous avons la chance en France d’avoir une spécialiste de l’interprétation pour les sourds-aveugles et de la langue des signes tactile (elle en a fait sa thèse en linguistique) : Sandrine Schwartz et c’est grâce à ses écrits que j’ai pu rédiger ce billet.

Voici quelques références parmi ses nombreux écrits :
– Eléments pour une analyse de la langue des signes tactile pratiquée par les personnes sourdes-aveugles
– Spécificités des personnes sourdes-aveugles et de leurs moyens de communication, en particulier la langue des signes tactile. Conséquences sur l’interprétation
 Spécificité de l’interprétation pour les personnes Sourdes ayant un Syndrome de Usher

Egalement 2 reportages à visionner :
« Sans voir ni entendre » un reportage de la télévision suisse-romande avec un extraordinaire passage sur l’interprétation tactile du Minautore de Picasso
« Les emmurés : vivre sourd et aveugle » un photoreportage dans une maison spécialisée de Vélizy sur Lemonde.fr