« Bientôt les interprètes en langue des signes remplaceront les centrales nucléaires »

Face au réchauffement climatique, au danger que représentent les centrales nucléaires, les interprètes en langue des signes seront-ils la solution ? C’est possible.

Rassurez-vous, aucun Docteur Frankenstein n’a prévu de nous transformer en pile électrique. Néanmoins, un nouveau système, qui est encore à l’état de prototype, est en cours d’élaboration ; il devrait prochainement permettre aux interprètes qui traduisent vers une langue des signes de produire de l’électricité.

Les premières phases de test ont déjà eu lieu et les résultats récemment dévoilés sont encourageants.
C’est ce que j’ai pu constater lors d’une conférence, à laquelle j’ai été invitée et qui fut donnée en marge de la COP 21 par le fondateur et président franco-américain de la startup K-Bio, Jonas Whale.

L’idée lui est venue tandis qu’il dansait à l’Aquarium, un nightclub à Amsterdam, aux Pays-Bas.
« Ce club est connu dans tout le pays pour avoir mis en place un sytème de récupération de l’énergie produite par les danseurs sur le dance-floor. Conçues par l’entreprise l’entreprise Sustainable Dance Club (SDC) , des dalles récoltent l’énergie cinétique produite par les danseurs ce qui permet à la boite de nuit d’alimenter l’éclairage grâce à l’énergie produite par les mouvements des danseurs », explique-t-il.

 

Mais pourquoi associer ce système à des interprètes en langue des signes ?
Simplement car la soeur de Jonas est sourde et qu’il a fréquenté de nombreuses interprètes qui traduisaient pour elle. « Je suis même sorti avec l’une d’elle, Gladys Mermaids une interprète en langue des signes américaine (ASL) durant 5 ans. Le soir, assis dans mon canapé, je la regardais traduire frénétiquement le journal télévisé ». C’est ainsi qu’il a eu le déclic.

« J’ai une formation d’ingénieur en génie électrique, dans ma tête mes neurones ne pensent qu’aux protons et aux électrons. En voyant l’énergie qu’elle déployait à bouger ses bras et ses mains dans tous les sens pour suivre le ryhtme du journaliste, j’ai pensé qu’il était idiot de gaspiller toute cette énergie produite et qu’on pourrait la transformer en électricité ».

C’est ainsi que l’idée de l’interprète produisant de l’électricité est née et qu’il a créé dans la foulée, en 2012, sa startup située à Paris, rue du Faubourg Poissonnière dans le 9ème arrondissement, K-Bio.

« Avec cette invention, mon but est que les interprètes en langue des signes soient auto-suffisants durant leur journée. Pour avoir vécu avec une interprète  je sais qu’ils sont toujours en déplacement et qu’ils n’ont pas forcement la possibilité de recharger comme ils le voudraient leur téléphone ou leur ordinateur portable. Avec mon système, ils seront totalement indépendants, ils pourront se passer des prises électriques. Aujourd’hui je travaille pour cette profession car il y a un marché de niche qui me permet de tester grandeur nature mon prototype mais demain j’espère bien le proposer à d’autres professionnels qui sollicitent leurs bras comme les caissières, les policiers réglant la circulation, les maitres-nageurs, les lanceurs de javelots, les peintres en bâtiment… ». 

Voici dispositif : au début de ses recherches, il a conçu un gant comme on peut le voir sur cette photo prise en 2013 lors d’une conférence destinée à trouver des fonds pour financer le développement de son entreprise.

gants-enable-talk-diapo-2

Ayant parfaitement conscience qu’aucun interprète ne pourrait traduire correctement avec cet engin autour des mains, il a axé ses recherches sur la miniaturisation des composants et autres bobines et il est arrivé à un résultat plutôt encourageant.

« Nos équipes de chercheurs et de techniciens sont parvenus à créer un gant qui épouse parfaitement les contours de la mains. Aujourd’hui il est bleu pour les besoins des démonstrations afin qu’il soit parfaitement visible comme aujourd’hui à la COP21 mais demain il nous sera aisé de le rendre soit transparent soit de couleur chair pour qu’il soit quasi-invisible. »

glove1

Jonas Whales nous en détaille le fonctionnement : « l’énergie cinétique produite par les bras des interprètes en action est convertie en électricité grâce à un mini-transformateur que nous avons conçu au sein de K-Bio. Puis cette électricité est stockée dans une batterie spéciale fixée à l’arrière du pantalon. Il suffit ensuite à l’interprète d’insérer son téléphone à l’intérieur, et d’attendre que la LED verte s’allume, signifiant que la batterie est rechargée ».
Ou comment l’interprète F-LSF se transforme en véritable poisson électrique !

 

Capture d'écran 2016-03-31 18.27.02

D’après les calculs des ingénieurs de la startup K-Bio et comme on peut le constater sur les graphiques que l’entreprise a projetés durant la conférence, l’interprétation d’une réunion d’une douzaine de personnes pendant une heure produit de quoi recharger de +18% la batterie de son téléphone portable. Pour un entretien, il faut compter deux heures pour atteindre un pourcentage identique.

IMG_5560

Interrogé par une journaliste qui lui demandait quel avenir il imaginait pour cette invention, le jeune entrepreneur a conclu : « nous ne sommes qu’au début du développement de cette nouvelle utilisation de l’énergie cinétique pour produire de l’électricité. Aujourd’hui ce sont les interprètes en langue des signes qui peuvent recharger leur téléphone grâce à leur activité professionnelle. Demain c’est chacun de nous qui produira sa propre énergie et nous pourrons dire adieu aux centrales nucléaires ou à charbon qui polluent tant et qui sont tellement néfastes pour notre terre. Voilà pourquoi je dis que bientôt les interprètes en langue des signes remplaceront les centrales nucléaires ! »

Capture d'écran 2016-03-31 18.54.55

Un seul regret : cette conférence organisée en marge de la COP 21 n’était pas traduite en LSF.
C’est dommage car vu le débit et l’enthousiasme de Jonas Whales quand il parlait, l’interprète devant le traduire aurait sans doute produit assez d’électricité pour éclairer la ville de Marseille durant une semaine.

.

© Stéphan – ( i ) LSF

7 réflexions sur “« Bientôt les interprètes en langue des signes remplaceront les centrales nucléaires »

  1. Céline BARDINI

    Merci Stéphan pour cet article. Ca fait plaisir de voir l’émergence de telles idées innovantes en plus d’être si utiles. Comme vous le soulignez, j’espère que c’est la porte ouverte à des moyens bien plus écologiques et autonomes de l’utilisation de l’énergie.

    J'aime

  2. Lesens

    Merci Stéphan
    J’ai moi-même assisté à une conférence sur un sujet proche : il s’agit de récupérer le méthane émis par les flatulences des travailleurs du secteur tertiaire, pour être recyclé directement pour le chauffage des bureaux. De simples capteurs placés dans le coussin des sièges, un réseau de fibres conductrices aboutissant à un transformateur seraient le matériel de base à investir. Une expérimentation est en cours dans plusieurs tours de la défense. Les cantines se mobilisent et proposent désormais plus de féculents, haricots et choux. Les premiers résultats sont attendus toutes affaires pétantes. François

    J'aime

  3. Nath

    C’est mieux d’être une source d’énergie qu’une source de malentendus…

    PS/ Jonas Whale..! De plus en plus fort, chaque année, congrat’s !

    J'aime

  4. François-Yves

    En Danemark, l’énergie renouvelable est trop coûteuse. En France, le coût de l’énergie (Prix du kilowatt-heure pour les entreprises: 11 centimes) est actuellement moins cher qu’en Danemark (26 centimes). Selon ce sujet jugé stupide, on ne peut pas financer les interprètes en LSF!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s