Attentats de Paris : l’info inaccessible

En France, environ 300000 personnes sourdes ou malentendantes ont comme langue maternelle (ou première) la langue des signes française (LSF). Cela correspond au nombre d’habitants de la ville de Toulouse (4ème ville française par sa taille), du département des Vosges ou encore de l’ensemble de la population de la région Corse.
Pour ces personnes, accéder au français oral est impossible. Il n’entendent pas (il est parfois bon de la rappeler) ils ne lisent pas forcément sur les lèvres, surtout quand l’orateur est à la télévision. Par ailleurs, imaginer qu’ils pourraient suivre des reportages télévisés uniquement en lisant des sous-titres qui défilent rapidement est illusoire. D’autant que ces sous-titres (quand il y en a) sont rédigés en direct et comportent de nombreuses fautes d’orthographe, de phrases non terminées, subissent un décalage de plus de 10 secondes avec les images…

Pour cette communauté de « sourds-signeurs », qui s’exprime, qui communique dans une autre langue, la langue des signes française (LSF), une fois encore, les dramatiques événements du 13 novembre, les témoignages des rescapés, les discours politiques, les analyses des experts, les commentaires des journalistes, les mises en garde… tout leur fut inaccessible donc difficilement compréhensible car l’info elle-même n’était pas traduite en LSF.

attentats-television

J’écris une fois encore, car déjà en janvier 2015, aucune chaîne de télévision n’avait pris la peine de faire traduire en LSF leurs éditions spéciales ou leur JT de 20h.
Une fois encore, car comme en janvier 2015 mais aussi comme depuis des années, aucune communication importante du Président de la république n’est traduite en direct (sauf les voeux du 31 décembre). Aucune de ses déclarations la nuit des attentats et les jours suivants ne fut accessible.
Pareil pour celles du 1er ministre, du ministre de l’intérieur, de la justice ou du Procureur de la république dont les conférences de presse furent retransmises en direct sur les chaines d’info en continu. Il faudra attendre le discours de François Hollande au Congrès pour qu’enfin dans un ridicule médaillon en bas à droite des interprètes apparaissent (mais à mon avis illisibles car trop petits).
C’est pourquoi, une fois encore, il nous faut rappeler que pour cette communauté, seule la présence d’interprètes F-LSF leur permet d’avoir un accès in vivo à l’information télévisée, d’être ainsi des citoyens autonomes dans une société un peu plus égalitaire.
C’est un droit, pourtant, comme le déclare la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées qui stipule dans son article 21 : Les personnes handicapées ont le droit à la « liberté d’expression et d’opinion et d’accès à l’information » notamment en « reconnaissant et favorisant l’utilisation des langues des signes ».

Francois-Hollande-sur-I-tele-le-14-novembre-2015_exact1024x768_l

Pour ces sourds français, s’informer est un combat permanent. S’ils ne font pas preuve d’acharnement, ils passent immanquablement à côté de l’information. Nous, entendants, sommes inondés par un flot continu d’infos sonores provenant de médias multiples (radio, télévision, Internet, téléphonie) qui nous permettent plus facilement et plus rapidement de se construire une opinion, tandis que nos concitoyens sourds sont largement sous-informés et en constant décalage par rapport au reste de la société du fait de l’inaccessibilité de certains supports comme la télévision.
Imaginer-vous quelle peut-être l’angoisse de ces adultes, de ces enfants qui voient ces images de terreur, qui lisent les mots : guerre, état d’urgence, victimes, représailles, attentats… sans en comprendre le sens exact, sans avoir accès au contexte, aux explications ?

PHO3b07f278-8acc-11e5-bd3e-dbdec6b759ed-805x453

Aux Etats-Unis les interventions des responsables politiques, des maires au Président sont traduites en ASL. Pareil en Australie. En Suède les interprètes à la télévision traduisent les chansons de l’Eurovision. En Belgique le journal télévisé de 18h est interprété chaque soir. Piètre consolation pour les sourds français qui peuvent éventuellement se connecter via internet sur cette chaîne pour glaner quelques informations compréhensibles (même si la langue des signes française et belge diffèrent légèrement).

En France rien. Peu ou pas de voix s’élèvent pour dénoncer cette situation. A-t-on entendu Ségolène Neuville, Secrétaire d’État en charge des personnes handicapées protester ? Sa collègue Fleur Pellerin Ministre de la Culture et de la Communication s’en est-elle émue ? Le CSA s’est-il insurgé de cette situation auprès des directeurs des chaînes de télévision ? Quid du Comité Interministériel du Handicap (CIH) ou du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) ? Un silence assourdissant.

Heureusement, face à l’incurie des médias et des pouvoirs publics, des mains se dressent, des personnes, des associations, des initiatives privées apparaissent ici ou là pour rendre enfin accessible cette info, pour suppléer aux manquements de notre État.

C’est le service d’interprètes Tandem, qui, à l’initiative d’Aditevent, a traduit et mis en ligne la première déclaration de François Hollande.

C’est Noémie Churlet ou Claire Garguier, qui postent sur Facebook des vidéos en LSF pour tenter d’expliquer la situation.

C’est enfin et surtout les journalistes Laurène Loctin et Pauline Stroesser qui ont créé la page « Fusillade à Paris en direct LSF« .

Capture d'écran 2015-11-17 22.46.12

Depuis lundi 16 novembre, des journalistes, des interprètes F-LSF, des monteurs, etc, tous bénévoles, travaillent pour « transmettre l’actualité en langue des signes ». Une vingtaine de vidéos a déjà été publiée : les allocutions du président de la République sont traduites, les analyses faites dans les médias nationaux sont décryptées et délivrées directement en langue des signes. Une véritable rédaction s’est mise en place.

12232670_316650348505572_7738572390576117400_o

Dans la vidéo ci-dessous, les deux initiatrices du projet expliquent que « suite aux événements tragiques de ce vendredi 13 novembre à Paris, face à l’absence de médias accessibles en langue des signes, nous avons pris le défi de créer cette page Facebook. »

.
Enfin , c’est aussi à nous, entendants, non pas de parler à la place de ces citoyens sourds ou malentendants, mais de porter leur parole, leurs revendications vers les pouvoirs publics, vers les institutions (comme le CSA), vers le gouvernement, vers les responsables des chaînes de télévision pour qu’enfin ils soient entendus et qu’ils aient accès à cette information qu’aujourd’hui la France leur refuse.

________________

Mise à jour (22/11/2015)

Depuis la date de publication de cet article, d’autres voix se sont élevées.

Capture d'écran 2015-11-22 15.58.44

Capture d'écran 2015-11-22 16.19.54

  • Marianne Dubois et Elisabeth Pochon, députées, ont adressé un courrier au Président du CSA :

ElisabethPochon_2015-nov.-20

 

© Stéphan – ( i ) LSF

 

8 réflexions sur “Attentats de Paris : l’info inaccessible

  1. Camdo

    Pour les sous-titres en direct, voyez aussi avec les opérateurs Internet, s’il vous plaît. Les phrases qui disparaissent soudainement viennent du mode de diffusion de certaines box.
    Quant aux sous-titres bourrés de fautes, c’est tout simplement faux. Le décalage vient du fait que, justement, les sous-titres sont corrigés avant d’être envoyés. Vous vous basez sur un ancien système (sans correction) qui n’existe plus. Arrêtons les clichés.
    Nous avons travaillé jour et nuit, dans des conditions émotionnelles difficiles pour qu’un maximum de programmes soient accessibles.
    Maintenant, que les directs ne soient pas assurés également en LSF, je vous suis à 100% dans votre combat.
    Bon courage.

    J'aime

    1. Bonsoir,
      Effectivement vous avez raison, des progrès ont été faits dans la qualité des sous-titres même si j’entends encore des remarques sur des fautes de frappe et surtout le problème du décalage.
      Le plus gros problème restant quand ils sont absents.
      Mon propos n’était pas de critiquer les sous-titres en soi mais surtout d’expliquer qu’ils ne permettaient que difficilement de suivre un reportage ou une interview pour des sourds dont le français écrit n’est pas leur langue maternelle.

      Stéphan

      J'aime

  2. Merlin

    Bonjour,

    Je voudrais aussi préciser que c’est valable pour TOUS LES SOURDS, qu’ils signent ou qu’ils oralisent, l’information orale télévisuelle n’est pas accessible.

    Il faut un INTERPRETE LSF et aussi un CODEUR LPC

    Merci de penser à tous

    J'aime

  3. Armelle DUPIN

    Nous sommes tous citoyens ( bien portants et handicapés), nous avons droit aux infos. Continuez de se battre. Il faut en même temps à la tv : sous-titres et LSF. La France peut faire mieux !! Je me souviens : quand j’étais petite, il y avait à la tv un bon médaillon LSF. Alors où est le problème ? On peut le faire revenir !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s