Cunilan.net, dictionnaire français/LSF

Les interprètes-traducteurs, quelque soit leurs langues de travail utilisent des dictionnaires. On perçoit la difficulté de constituer un tel ouvrage pour les langues des signes. Comment figer sur le papier des signes qui doivent se déployer dans l’espace, comment transcrire de façon statique des éléments mouvants ?

Jusqu’à présent nous disposions des ouvrages édités par IVT (un dictionnaire en 3 volumes) et par les Editions Monica Companys. Mais ils demeurent par nature encore trop limités en terme de nombre de signes proposés ou de configuration et d’explications du mouvement. En effet, la langue des signes ne s’exprime pas uniquement par les mains, mais aussi utilise les expressions du visage, des emplacements dans l’espace et des mouvements particuliers. C’est là que se trouvent les limites du livre, il ne peut représenter qu’une image fixe, un moment figé du mouvement, même si parfois des annotations ou les flèches peuvent expliciter de façon plus ou moins claire comment effectuer le signe.

Un exemple pour la traduction de « bonjour » du français vers la LSF :

Par la suite, grâce à internet et aux nouvelles technologies des dictionnaires vidéos se sont développés. C’est ainsi que Wikisign est une plateforme rassemblant une vingtaine sites proposant des traductions du français vers la langue des signes française et suisse.

C’est dans ce contexte que Mains Diamant, une association qui oeuvre pour la promotion de la culture sourde et le développement des échanges entre sourds et entendants a créé Culinan.net. Grâce aux nouveaux médias, ils ont trouvé une réponse simple et efficace : mettre en place une plateforme de diffusion participative dont l’objectif est de répertorier un maximum de signes pour ainsi les partager avec le monde entier à travers LexSign et NeoSign.

1 – LexiSign :

Chaque signeur peut envoyer les signes qu’il souhaite sous forme de courtes vidéos à la manière d’un Wiki.
La méthode à suivre est simple : l’utilisateur n’a qu’à créer son compte et peut ensuite poster ses signes, par un envoi de vidéos ou en utilisant directement sa webcam. Une telle facilité d’utilisation devrait permettre à LexiSign de s’enrichir très rapidement.
Une équipe de modérateurs spécialistes de la LSF s’assurent quotidiennement du bon fonctionnement du site, mais surtout de la qualité des signes postés.

2 – NeoSign :

Les langues signées voient également quotidiennement de nouveaux signes étoffer leur lexique par exemple dans le domaine des nouvelles technologies.
Pourtant, leur diffusion est souvent lente et laborieuse avant de parvenir auprès du public sourd ou entendant.
Cette difficulté de transmission que connaît la LSF est l’un des problèmes majeurs que Culinan.net se propose de résoudre grâce à sa plateforme NeoSign. Neo, comme nouveau, car chacun pourra proposer des signes nouveaux qu’il ou elle aura créés, ou contribuer à diffuser des signes récents encore méconnus des autres signeurs.
La communauté des signeurs notera ensuite ces signes en fonction de leur pertinence et décidera ou non de les utiliser.

Ci-dessous la vidéo présentant ce projet :

Reste un mystère : le rapport entre le nom du site et son objet. Si quelqu’un peut m’éclairer là-dessus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s