Devenir un interprète LSF/Français diplômé

[ un article plus récent sur le même thème avec 
des liens mis à jour est disponible  ici ] 

 

Un récent article paru sur le blog TendanceSourd.com soulignait que la France comptait environ un interprète diplomé pour 5000 personnes sourdes pratiquant la langue des signes françaises.

Comme le souligne le site internet proposant un annuaire des interprètes diplômés, nous sommes seulement 312 pour tout le territoire français et chaque année on ne compte qu’une vingtaine de nouveaux diplômés.

Face à ce manque de professionnels la seule solution est de mieux faire connaître ce métier passionnant et d’inciter jeunes ou vieux, ayant déjà une bonne connaissance de la LSF, à s’inscrire aux formations diplômantes et reconnues par l’AFILS (Association Française des Interprètes en Langue des Signes).
En effet, être interprète est un métier qui s’apprend, il ne suffit pas d’avoir une compétence linguistique, aussi excellente soit-elle.
L’interprète est diplômé à la suite d’un parcours universitaire long (Master 2, Bac+5) qui valide à la fois ses compétences linguistiques, sa capacité à transmettre le sens d’un discours tout en changeant de langue (et donc de culture) mais aussi sa compréhension et sa bonne application des règles déontologiques et éthiques liées à cette profession.

Actuellement, quatre universités délivrent le diplôme Master 2 « Interprète en langue des signes française/français ».
Université Paris 8 :
2 rue de la Liberté 93526 SAINT-DENIS
Bât A, salle 144
Tel : 01 49 40 64 18
Lien vers le site Internet

Inscription en Mai et concours d’entrée en Juin voire en Septembre
Niveau requis : licence ou maîtrise, possibilité de validation des acquis, parfaite connaissance de la LSF
ESIT (Université Paris 3) :
Centre Universitaire Dauphine (2ème étage)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 PARIS
Tel : 01 44 05 42 05
Lien vers le site Internet

Dossier d’inscription disponible à partir de Mars et épreuves d’admission (examen) en Juin
Niveau requis : à partir du Deug et parfaite connaissance de la LSF
Université de Toulouse – Le Mirail (CETIM) :
Bâtiment 31- bureau LA 16
5 allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9
Tel : 05 61 50 37 63
Lien vers le site Internet

Dossier d’admission disponible à partir de Mars et concours d’entrée en Juin
Niveau requis : à partir du Bac (+ 3 langues : français, anglais et LSF) jusqu’au Master 1
Université Lille 3 Charles de Gaulle :
UMR STL–bâtiment B
B.P. 60149 59653 VILLENEUVE D’ASCQ CEDEX
Tel : 03 20 41 68 87 ou 03 20 41 69 36
Lien vers le site Internet

Dossier d’admission à renvoyer avant la mi-juin et examens début Juillet
Niveau d’entrée en M2 : Niveau bac+4 exigé (master 1), possibilité de validation des acquis, parfaite connaissance de la LSF
Pour toutes ces formations, en plus des enseignements théoriques et pratiques autour du métier d’interprète en langue des signes, des périodes de stages obligatoires (au minimum 12 semaines) ont lieu auprès d’interprètes diplômés.

55 réflexions sur “Devenir un interprète LSF/Français diplômé

  1. Il reste toujours le même problème : pour devenir interprète, il est indispensable de connaître la LSF AVANT d’entrer en formation diplomante. Pour postuler il faut donc soit être enfant de sourd, soit apprendre la LSF par formation privée… Où est la volonté de l’état là dedans ?

    J'aime

  2. Hn

    Et pour ceux qui n’ont pas le Bac … Mon espoir de devenir interprète est brisé !! Déjà pouvoir suivre toutes les formations privés c’est pas évident (coût/temps), je suis blasée !!

    J'aime

    1. Bonjour,
      Etre interprète français/lsf ne veut pas dire être simplement bon en langue des signes. Sinon tous les enfants entendants de parents sourds seraient interprètes.
      Cela signifie aussi avoir un excellent niveau en français, posséder de solides connaissances en culture générale, maitriser les concepts de base de la linguistique…
      On imagine trop souvent qu’être interprète en langue des signes est une activité sociale ouverte à toute personne connaissant 3 signes et sachant vaguement tenir une conversation.
      Ce n’est pas le cas et imaginer exercer ce métier sans de solides compétences et sans un niveau universitaire équivalent au minimum à une maitrise (comme tout interprète, quelque soit ses langues de travail) relève du fantasme.
      Donc oui la licence est la première condition pour intégrer le Master 1, la seconde étant une bonne connaissance de la langue des signes et de la « culture sourde ».

      J'aime

  3. Hn

    Dommage que ce métier soit si peu connu en France … Je me serais peut être un peu plus accroché aux études si j’avais su le cursus qu’il fallait faire.
    Question bête … je ne connais pas du tout le fonctionnement de la Fac mais quand on dit qu’il faut une licence avant, c’est n’importe quelle licence ??

    J'aime

    1. Toutes les licences sont acceptées (math, droit, histoire, biologie, science du langage..). Pour intégrer le M1 il faut simplement un bac +3 et bien sur un bonne pratique de la langue des signes.

      J'aime

      1. Antony

        Et pourtant, quand j’ai eu affaire au secrétariat du M1 Sciences du Langage (Paris VIII), on me soutenait qu’il fallait impérativement une licence SDL uniquement, et c’était il y a 2 semaines… Je pense que le « toute licence » se justifie s’il y a des expériences professionnelles dans le domaine qui permettent une validation des acquis… Voilà, juste une petite piste😉

        J'aime

      2. Quand j’ai fait mon M1 à Paris VIII j’avais un diplôme de sc po et une maitrise de relations internationales… Ce qui est très loin de Sciences du Langage, matière que j’ai en horreur !!!

        J'aime

  4. mélissa

    Bonjour,

    Je souhaite savoir si le travail d’interface est le même que ceux qu’on appelait « les premiers interprètes » à l’époque du réveil sourd? Si oui depuis quand les nomment-on ainsi? Bien cordialement.

    J'aime

  5. Diego

    Bonjour ! Je viens mettre mon nez dans cette discussion. J’ai commencé en le mois dernier un cours de LSF, mais vraiment par curiosité, sans réel but au bout. De fil en aiguille, on s’intéresse et on cherche. Du coup la licence pro de Paris 8 m’attire. Je possède un licence en arts. Dès lors m’est-il possible de postuler, malgré une année LSF au rythme de 1h30/sema. ?

    Merci à vous de m’éclairer.

    Diego

    J'aime

    1. Bonsoir Diego,

      Je vais être franc, je n’en sais rien !!
      Vous pouvez toujours postuler mais je ne connais pas bien cette licence ni le niveau requis pour y entrer.
      Néanmoins, 1h30 par semaine j’ai peur que ce soit peu. A mon avis il faut au moins 150 à 200 de cours. Évidemment si vous fréquentez beaucoup de sourds si vous allez régulièrement dans des cafés signes ce peut être moins…
      Le mieux serait d’aller poser la question au secrétariat de la fac.

      Bon courage
      Stéphan

      J'aime

  6. Laura

    Bonsoir,

    Je viens de terminer mon M2 Pro de FLE et je suis en L3 LSF de Poitiers.
    Je voudrais savoir comment améliorer ma pratique en Langue des signes puisque pour pouvoir envisager continuer vers une formation d’interprète qui m’intéresse, il faut une parfaite connaissance de la LSF avant, ce que je n’aurai pas à la fin de mon année. Comment progresser plus rapidement en LSF ?

    J'aime

    1. Bonsoir,
      Avant toute chose renseignez-vous sur le niveau demandé dans le cursus que vous souhaitez intégrer car ils sont très disparates de l’un à l’autre, pour au final parvenir au même niveau durant les examens finaux.
      Sinon effectivement vous soulevez le problème que rencontre toute personne souhaitant développer ses compétences en LSF : comment faire alors qu’il n’existe pas « un pays des sourds » pour aller en séjours linguistiques comme nous le faisons pour d’autres langues vocales ?

      Néanmoins ma réponse (banale) sera : fréquenter des sourds signeurs.
      Soit en mode passif : regarder des émissions de télévision (Oeil et la Main), assister à des conférences ou expos traduites en lsf, visionner des vidéos en lsf sur youtube…
      Soit en mode actif : rejoignez une association qui regroupe des sourds et des entendants, participez à des Café Signes (il y en a dans toutes les grandes villes), du coté de Poitiers la communauté sourde est importante il doit forcement y avoir des activités auxquelles vous pourriez participer, proposer du soutien scolaire à des enfants sourds, devenez pion dans un IJS…

      La LSF étant une langue vivante le seul moyen pour progresser correctement est de fréquenter ses locuteurs « 1ére langue ». Et de signer, et de signer, et de signer….

      Bon courage pour la suite de vos études
      Stéphan

      J'aime

  7. Jue

    Bonjour,

    J’ai encore le temps pour m’inscrire au master (je ne suis qu’en 1ère année de licence LSF), mais dans les 4 écoles qui proposent le diplôme d’interprète, il y a, à chaque fois « concours d’entrée ». Pouvez-vous me dire en quoi consiste le concours?

    Je vous remercie d’avance.

    J'aime

    1. Bonjour,
      A mon avis, les inscription en M1 sont closes pour cette année et les cours ont déjà commencé.
      Généralement les inscriptions débutent en avril. Le plus simple et de vous renseigner directement via les sites internet des universités.
      Quant aux épreuves de sélection, en général il y a :
      – une note de synthèse ou une dissertation en français écrit,
      – un entretien en LSF pour évaluer vos compétences et vos motivations.

      Stéphan

      J'aime

  8. Sandrine

    bonjour,
    Souhaitant intégrer la formation d’interprètes à la rentrée 2014, je souhaiterais prendre des cours de langue des signes. Je suis actuellement en licence science du langage LSF et possède des bases de LSF car mon petit frère est sourd. Habitant Paris, il y a beaucoup d’écoles proposant des cours. D’une école à l’autre les tarifs varie mais surtout ce qui questionne c’est de savoir laquelle choisir??? L’IVT me plairait bien, mais les tarifs sont très chères. L’ALSF est la plus proche de chez moi, et j’en ai entendu des échos positifs. L’EFLS propose les tarifs les plus intéressants. Je ne sais donc pas quelle association choisir? Je ne doute pas des 2 premières qui sont renommées. Mais l’EFLS que vaut t’elle??? Je ne sais pas si vous pourriez me conseillez dans ma démarche….. Je précise que pour la formation d’interprète, j’envisage de postuler soit à Rouen, soit à Paris 8.

    Par avance merci

    sandrine

    J'aime

    1. Bonsoir,
      Je connais très mal l’EFLS je peux donc difficilement vous donner mon avis.
      En revanche je sais que la formation délivrée par IVT est de bonne qualité (j’y ai suivi les niveaux 10 et 11). Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de Serac et Visuel qui sont aussi reconnues comme pour leur sérieux. Comme vous le notez malheureusement elles sont toutes chères.
      Pour vous entrainer à signer et surtout pour rencontrer des sourds et des entendants qui aiment s’exprimer en LSF et qui souhaitent faire partager cette culture, je vous conseille d’aller au Café-signes qui a lieu tous les lundi à partir de 18h dans le café le Bon Pêcheur au Halles. C’est sympa et pas cher.

      Stéphan

      J'aime

    2. melanie

      Bonjour Sandrine, je m’appelle Melanie, j’ai fait un sage intensif de 6 mois a l’efls. Je voudrai moi aussi intégrer un master inerprète après mon Du. Je vis sur Paris et je cherche quelqu’un avec qui me rendre au café igne, ou sortie culturelle pour rencontrer des sourds. Donc si t’es dispo fais moi signe😉

      J'aime

  9. Sandrine

    Bonsoir,

    Merci pour votre réponse.Mon soucis est que je souhaiterais apprendre la langue des signes rapidement, d’où les cours en stages intensifs. L’IVT est l’école qui répond le mieux à ma demande à ce niveau là. J’ai envoyé plusieurs mails au SERAC mais sans réponse!!!!!! Peut être devrais je me déplacer directement dans leurs locaux???

    Pour le café signes, j’envisageais de m’y rendre en complément des cours, mais question bête puis-je y aller seule?? Je ne connais pas trop le principe?

    merci pour votre réponse

    Sandrine

    J'aime

    1. Effectivement, d’après mon expérience à avec Serac, mieux vaut les contacter par téléphone où se rendre sur place à Bagnolet.
      Sinon Visuel (Paris 10) propose aussi des stages intensifs.
      Néanmoins vous devez savoir qu’apprendre la lsf nécessite un long apprentissage et de la pratique. Ainsi, il faut au minimum 300h de cours pour espérer pouvoir converser simplement en lsf. C’est pourquoi il est indispensable de rencontrer des sourds signeurs soit dans des associations, soit durant des café signes.
      L’entrée est bien sur libre et vous pouvez vous y rendre seule En effet ce sont des bars « classiques » où une fois par semaine sourds y entendants s’y donnent rendez-vous au milieu d’autres clients.

      J'aime

  10. Sandrine

    Bonjour,
    Je voulais avoir quelques renseignements sur le métier d’interprète. Je souhaite donc intégrer la formation en 2014 (soit à Rouen , soit Paris 8). Je suis atteinte d’une surdité unilatérale (oreille gauche, survenue à l’âge de 7 ans). Dans mon quotidien, ça se passe assez bien, je fais toujours en sorte d’être placé à la gauche des gens pour mieux entendre, pour l’école et le boulot je m’en suis toujours bien sorti. Le plus difficile pour moi est quand je me trouve dans des endroits très bruyants, où en grand groupe car automatiquement je ne peux pas suivre toutes les conversations (les gens positionnés à ma gauche en autre). Je me demandais donc pour exercer le métier d’interprète est ce que cela va me poser des problèmes??? Pour les situations en individuel : entretien embauche, chez le médecin, accompagnement scolaire….. je ne pense pas que cela me posera des problèmes mais pour les traductions de conférence je me demande comment cela se passe, Avons nous une oreillette par exemple??? J’exercerais mon métier dans la région Auvergne, donc je ne sais pas là bas quelle genre de demande sont les plus fréquentes?? Je vais peut être exercer sur paris 1 an (en attendant mon déménagement)….
    Merci de vos réponses.

    Sandrine

    J'aime

    1. Bonsoir Sandrine,
      Désolé de vous répondre tardivement mais les vacances, les réveillons expliquent aisément ce retard.
      Seul avantage : cela me permet de vous présenter mes meilleurs voeux pour l’année à venir.

      Voici quelques débuts de réponses à vos questions :
      Je pense, malheureusement, qu’il est difficile de devenir interprète en langue des singes en étant atteint d’une surdité latérale.
      En effet, comme nous sommes peu nombreux en France il n’est pas possible de se spécialiser sur tel type d’intervention (comme uniquement de la liaison par exemple). De plus quand vous entrer dans un bureau comment savoir si vous serez assis à gauche ou a droite de l’interlocuteur. Et il n’est pas question de changer la place du bureau pour votre convenance personnel (en milieu médical ce serait impossible).
      Pareil durant des interprétations en milieu scolaire le professeur bouge, les enfants font du bruit…
      Quant à la conférence nous ne travaillons jamais avec des oreillettes. D’ailleurs souvent l’environnement est bruyant, le retour son mauvais et même en ayant une bonne ouïe nous avons des problèmes pour bien entendre le message.

      Cela ne veut pas dire que vous devez renoncer à travailler avec la langue des signes.
      Vous pouvez envisager de devenir enseignant en langue des signes via un capejs (http://capejs.e-monsite.com) ou vous lancer dans un autre métier (infirmière, éducateur spécialisé, psycholoque…) en ajoutant la langue des signes française à vos compétences.

      Sinon, pour rester proche de l’interprétation il existe le métier de traducteur en langue des signes tel qu’il est pratiqué chez Websourd. Là-bas, des personnes sourdes traduisent chaque jour des dépêches de l’AFP, des documents administratifs des textes écrits du français écrit vers la LSF sur un support vidéo.
      Pour cela elles sont suivi un cursus universitaire à Toulouse Montmirail (http://www.univ-tlse2.fr/accueil-utm/formation/offre-de-formation/master-traduction-interpretation-et-mediation-linguistique-tavm-iml–780.kjsp) correspondant à un bac+5.

      Je ne connais pas bien les activités des mes collègues en région Auvergne mais vous pouvez contacter Isabelle Guicherd (http://www.afils.fr/index.php/component/contact/31-sobi2/61-isabelle-guicherd) qui officie dans cette région, qui est charmante et qui sera ravie de répondre à vos questions.

      J’espère avoir pu vous éclairer un peu et n’hésitez pas à me recontacter si vous souhaitez d’autres infos. Promis, je vous répondrais plus rapidement.

      Stéphan

      J'aime

  11. sandrine

    Bonsoir,
    Merci pour votre réponse. Je vous souhaite également une très bonne année 2013 !!!
    J’ai été un peu attristé en vous lisant. Je savais que ma surdité me poserait problème pour les conférences mais je ne pensais pas pour le reste !!!!!
    J’ai pensé au CAPEJS mais le soucis c’est que la formation se déroule sur Chambéry et moi je suis sur paris avec 2 jeunes enfants donc c’est trop compliqué !!!! Ensuite avec le CAPEJS je serais enseignante de matières générales, pas de LSF ??? Puis certaines choses me dérangent avec cette formation (le ministère dont elle dépend), le côté médical, la place de la LSF, la rééducation orale qui pour moi doit être faite par un orthophoniste pas par les enseignants… après ce n’est que mon avis personnel, peut être n’est il pas bon ????
    Je pensais plutôt au CAPES LSF. J’aurais pu faire le master d’interprète et ensuite passer les concours du CAPES ? Je pourrais ensuite exercer mon métier d’interprète bénévolement et/ou à mon compte (auto entreprise) pour faire quelques interventions ? Qu’en pensez vous ??
    Puis je avertir les personnes pour qui j’interviendrais ? Dois-je signaler ma surdité lors de mon entrée en master ? Cela peut me porter préjudice pendant ma formation ??
    Par avance merci de votre réponse

    J'aime

  12. Bonjour,
    Effectivement si vous ne pouvez pas vous rendre à Chambéry, autant oublier le CAPEJS.
    Par contre je ne suis pas d’accord avec vous quand vous dites qu’on encourage l’oralisme via ce diplôme. Ainsi, les enseignants de Bourg la Reine que je connais ont un niveau suffisant pour leur permettre d’enseigner les matières générales en LSF.
    Comme vous le noter, un enseignant CAPEJS n’enseigne pas la LSF. C’est un autre diplôme que je considère jusqu’à présent être « réservé » pour les sourds, car naturellement ce sont les mieux à même d’enseigner cette langue (même si des entendants le passent). Mais l’enseignement se diversifiant, pourquoi pas l’ouvrir aux entendants.
    En revanche je ne comprends pas pourquoi vous voudriez passer le CAPES LSF pour devenir ensuite interprète. Ce sont 2 formations différentes et ce n’est pas parce que vous avez ce diplôme que vous pourrez devenir interprète (et inversement avec le diplôme d’interprète devenir professeur). Les cursus sont très différents.
    Et je ne pense pas qu’on puisse être interprète le matin, professeur de lsf l’après-mdi. Et encore moins interprète bénévole ! Soit on est interprète professionnel, soit on n’est pas interprète.
    Par ailleurs, pour être sincère je ne connais pas d’interprète ayant des problèmes d’audition et je ne pense pas qu’on vous acceptera en formation si vous mentionnez votre surdité latérale. Par la suite, vous verrez mais je ne vois pas comment vous pourriez avant une intervention préciser que vous avez un problème d’audition, cela risquerait de perturber le bon déroulement de votre intervention.

    Pour être complet, et même si je reste réticent sur cette activité, il existe des « médiateurs pédagogiques » qui interviennent en soutien scolaire auprès d’un public sourd du collège aux études supérieures. Il faut au moins posséder une licence et avoir un bon niveau en lsf. Mais il n’existe pas de diplôme donc on voit un peu tout et n’importe quoi (surtout quand les médiateurs se prennent pour des interprètes). D’où mes réticences mais…
    Sibils (qui est le service d’interprètes qui m’emploie) possède un tel service : http://www.sibils-integration.org

    Stéphan

    J'aime

    1. Sandrine

      Bonjour,

      Merci pour votre réponse. Je me suis mal exprimé. Pour accéder au CAPES LSF il faut un master, donc si je décroche le master d’interprète et que ma surdité est problématique et bien je peux passer le concours du CAPES après avoir terminer mon master!!! j’espère être plus clair!!!!

      Pour les médiateurs je connais, mais le fait qu’il n’y est pas de diplôme n’embête un peu car exercer un métier sans être reconnu comporte des risques je trouve.

      En tout cas merci pour votre franchise, je prend une sacré claque là et ça donne à réfléchir sur mon avenir professionnel….Tout est remis en question!!

      Bonne journée

      Sandrine

      J'aime

      1. Antony

        Bonjour Sandrine,

        Je suis vos échanges avec Stéphan et je vais essayer d’apporter quelques éléments de réponse à mon tour. Sans penser aux problèmes que va poser votre surdité pendant l’exercice du métier d’interprète, je pense déjà aux difficultés auxquelles vous serez confrontées lors de la formation. Je suis actuellement en M1 et il est assez fréquent que nous parlions tous en même temps en cours, etc. Sans être sourd, j’ai parfois du mal à suivre tout ce qui se dit… Désolé pour cette mauvaise nouvelle.

        Je comprends également les problèmes que vous soulevez concernant le CAPES ou le CAPEJS. Il existe néanmoins une alternative à explorer : la licence professionnelle « Enseignement de la LSF en milieu scolaire » qui se déroule à Paris 8. Ce n’est pas à plein temps, 2 semaines par mois environ, je crois, pendant un an. En fin de formation, vous avez un bac +3 et un diplôme attestant de vos capacités à enseigner la LSF. Peut-être devriez-vous vous pencher sur cette option (http://www.fp.univ-paris8.fr/enseignement-lsf-milieu-scolaire)…

        Bon dimanche,

        Antony

        J'aime

      2. Sandrine

        Bonsoir Anthony,

        Je vous remercie de votre réponse. Il est clair que je ne vais pas m’engager dans le master d’interprète à mon grand regret car je ne pensais pas que ma surdité serait autant problématique.

        Avant de me lancer dans la licence science du langage LSF, j’avais voulu suivre la formation de paris 8 que vous mentionnez. J’y ai renoncé car je n’avais pas le niveau suffisant en LSF et aussi le coût de la formation (7000 € environ je crois) que je ne peux pas me payer. Vu mon âge (34 ans) je n’ai droit à aucune bourse et je n’ai pas d’employeur ( j’élève mes enfants en parallèle de mes études) donc tous est à mes frais. Il faut donc que j’arrive à trouver un financement et je ne sais pas si cela sera simple!!! Je dois prendre des cours de LSF pour perfectionner mon niveau (je dois les commencer début février par visuel). Cette investissement est énorme pour moi mais je peux étaler les stages sur plusieurs mois donc étaler mes paiements. Je pense que je vais essayer quand même de trouver un financement. Je vais voir avec Paris 8 s’il peuvent me conseiller.Peut être avez vous des renseignements à ce sujet? Savez vous d’autre part si beaucoup d’entendants suivent cette formation?

        Merci de votre réponse

        Sandrine

        J'aime

  13. Clémence

    Bonjour,
    Je voudrais savoir si c’était possible de faire une licence de psychologie et prendre des cours de lsf pendant ces 3 ans (ou même plus) et ensuite intégrer un master pour être formée au métier d’interprète. Donc, ma véritable question est: est ce qu’avec une licence de psychologie je peux caresser l’espoir d’entrer dans ce master? Car je ne cache qu’une licence de science du langage ou de sciences humaine ne m’attire pas du tout…
    Merci d’avance pour l’aide😀

    J'aime

    1. Bonjour,
      La réponse est oui.
      Pour pouvoir passer les examens d’entrée en M1 on vous demande simplement d’avoir une licence, quelle qu’en soit la spécialité (histoire, math, droit, sciences du langage…).
      Ensuite une fois votre dossier retenu, vous devrez passer un concours ou examen d’entrée qui généralement comporte une dissertation (en lien avec le monde des sourds) un entretien de motivation et un entretien en LSF pour évaluer votre langue.

      J'aime

  14. Maryline

    Bonjour je parle couramment les LSF grace a mes parent qui sont sourd. et je souhaiterai en faire mon métier mais je n’est pas le niveaux pour aller a la fac es ce qu’il y a un autre diplôme qui soit reconnu ou pas?

    J'aime

      1. Bonjour,
        Pour être un interprète diplomé il n’existe qu’un moyen c’est obtenir un master 2 interprétation F/LSF dans une des 5 facs suivantes : Paris 3, Paris 8, Lille 3, Rouen et Toulouse. Après vous pouvez exercer une autre profession et ajouté à celle-ci votre compétence en LSF comme le font par exemple des coiffeurs, des ostéopathes, des professeurs, des esthéticiennes… Mais là pas besoin de diplôme supplémentaire.
        Stéphan

        J'aime

      2. melanie

        Salut Maryline, d’abord qu’est ce que t’entends par ne pas avoir le niveau de fac? parce que c’est important. Je sais qu’il est possible de passer par des parcours un peu moins directs mais tout aussi efficaces pour rejoindre un master interprète. Il y a entre autre des filières qui accordent l’équivalence d’un bac+3 (si d’autres choses que la lsf te fascinent), (ex : Auxiliaire de puer + Du palsf + M1 interprète)
        ou Du iels + Du palsf (le du palsf revient parce que visiblement ton point fort est ta langue maternelle) mais sans se mentir à soi même le M1 ne repose pas que sur la langue, ça demande une dose de connaissances et de travail très lourde, donc peut importe le parcours que tu décideras de suivre, on te demandera au minimum le bac et une grande motivation !

        J'aime

  15. Vaille Dominique

    Bonjour
    J’aimerais devenir traducteur « technique » LSF dans ma société. Un interprète m’a dit qu’étant donné que je ne m’adresserais qu’à un type de public et pour le même thème, il serait possible de pratiquer avec un DU (plus facilement financée par mon entreprise et un bon début). Je ne suis qu’au début de mes recherches pour apprendre la langue et débloquer les financements, mais il me faut connaitre la globalité de mon futur parcours afin de constituer un dossier complet et solide. Pouvez-vous me donner votre avis sur le conseil de cette personne ? Savez-vous où m’adresser pour obtenir les informations sur ce cursus ? Pour information : je suis de formation BAC+2 dans une filière technique.
    Merci pour votre réponse.

    J'aime

    1. Bonjour,
      Je manque malheureusement d’information concernant un DU de traducteur « technique ». Néanmoins, généralement les traducteurs travaillent de leur langue apprise vers leur langue maternelle par exemple pour une personne de parents français de l’anglais vers le français. Ainsi les traducteurs du français vers la LSF sont généralement des personnes sourdes qui ont la langue des signes comme langue 1ère (peut-être est-ce votre cas).
      Il existe une formation à l’Université de Toulouse Monmirail qui pourra sans doute mieux vous renseigner que moi :
      http://www.univ-tlse2.fr/accueil-utm/formation/offre-de-formation/licence-lea-traduction-interpretation-en-langue-des-signes-francaise-779.kjsp

      Stéphan

      J'aime

  16. Christophe

    Aprés une expérience salutaire dans les écoles LSF de Paris, pendant laquelle j’ai quand même fait tous les niveaux jusqu’au B2, je peux vous dire qu’il y a de tout – A éviter surtout EFLS dans le 14ème, pédagogie 0, organisation 0, et un vrai mafia au niveau de l’argent – leur réputation dans le monde des sourds parisien n’est oas non plus bonne, et pour cause…Allez y vers les valeurs sûr, IVT, Visuel, ou Académie et ne gaspillez pas votre argent…

    J'aime

  17. Elodie

    Bonjour, je suis a la fac en art mais j’ai rater mon annee. Je desire aller dans un bts. Mais aussi passer le master pour etre interprete.
    J’ai vu qu’il fallait avoir un bac+2 ou 3 pour rentrer dans les ecoles. Est ce possible d’y entrer apres un bts?

    J'aime

    1. Bonsoir,
      Certaines formations considèrent que le BTS équivaut à un bac +3, d’autres non. Il faut voir directement avec les secrétariats des universités.
      Maintenant avoir un BTS ou une licence ne suffit pas. Il faut être motivé (donc ne pas dire au jury « si je rate mon bts ben éventuellement à la place je ferais bien interprète »😉 ) et surtout avoir déjà un bon niveau en lsf (au moins 400h de cours).

      Stéphan

      J'aime

  18. Jennifer

    bonjour,
    je n’ai aucun diplome que vous sité dans les commentaires et je connais que quelques signes mais je voudrais m’investir pour etre en contact avec le monde des sourds. Le LSF m’interesse beaucoup et j’aimerais vraiment trouver ma voix par rapport a ce systeme de communication. Quel sont les possibilités pour mon cas?
    Merci

    J'aime

  19. Bonjour,

    Avant de vous exposer mon projet et mes questions qui vont avec,merci pour votre site qui me semble très complet et concernant la LSF,c’est assez rare.

    J’habite à l’Ile de La Réunion et j’ai passer une formation il y a 2 ans pour apprendre la LSF(450h de formations de février à juin 2012),j’ai enchainé directement au mois d’août en étant embauché par le rectorat de La Réunion en tant que auxiliaire de vie scolaire où j’ai pu travaillé avec 2 jeunes sourds(l’un en CE2 et l’autre cette année en 1ère S).
    Je me suis bien rendu compte que malgré mon entourage sourd(amis et famille) et donc ma pratique régulière de la langue,le métier d’interprète est bien différent.

    Je souhaite donc me former au métier et cherche à rentrer dans une université à Paris pour m’engager dans une licence sciences du langage LSF.
    Je m’apprête à passer le bac en tant que candidat libre en juin puisque c’est un diplôme dont je n’ai jamais trouvé d’utilité jusqu’ici.

    Je voulais savoir quelles universités parisienne proposaient la licence sciences du langage et si j’échoue au bac,quel moyen j’ai pour rentrer dans l’université???
    Je connais bien sûr le DAEU mais j’ai vu sur le site de certaines universités que l’on pouvait passer un concours d’entrée qui restait assez vague.
    Toutes les infos autour des universités restent très nombreuses et vague.

    Merci pour votre réponse qui me sera d’une très grande utilité et vive la LSF.
    Alexandre.

    J'aime

    1. Bonjour,

      Effectivement comme vous le soulignez, être interprète F/LSF est un vrai métier, cela ne s’improvise pas, il faut l’apprendre et je ne peux que vous encourager à poursuivre vos études.
      Pour intégrer le Master « interprète langue des signes » il vous faudra une licence ou son équivalence quelqu’en soit la spécialité (droit, science du langage, mathématique, histoire, chimie…).
      Je ne peux vous donner la liste exhaustive des universités qui proposent la spécialité « science du langage » mais je sais qu’elles sont nombreuses (Lille 3 et Paris 8 le proposent par exemple). En tapant dans Google cette série de mots clé : « Université France science du langage » vous devriez trouver votre bonheur.
      Pour les équivalences je ne pourrais pas vous répondre (peut-être la VAE) le mieux est de vous renseigner directement auprès des responsables des formations.
      Vous pouvez également contacter des interprètes qui travaillent à La Réunion, je suis sur qu’elles seront ravies de répondre à toutes vos questions.

      Bon courage et n’hésiterez pas à me recontacter si vous avez d’autres interrogations.

      Cordialement
      Stéphan

      J'aime

      1. Bonjour,
        Merci pour votre réponse.
        J’ai déjà rencontré beaucoup d’interprètes dont certains sont passés par licence « sciences du langage » puis master interprétariat F/LSF.
        Je vais les contacté à nouveau pour avoir des informations si ils existent des concours d’entrée dans certaines universités.
        Je m’interroge également sur les opportunités professionnelles qui seraient disponibles à mon niveau LSF en région parisienne.
        La demande est-elle aussi forte que à La Réunion et dans les DOM en générale?
        Je voulais également avoir votre avis sur le « DCL »,le diplôme de compétences en langues.
        J’ai regardé l’épreuve de LSF et j’ai été surpris de voir que ce qui est demandé est accessible.
        Dans ces conditions-là,que vaut vraiment le DCL d’un point de vue professionnel???

        Merci pour vos nouvelles réponses.

        Cordialement

        J'aime

      2. Je peux difficilement vous répondre quant aux opportunités professionnelles que vous évoquez ne connaissant ni votre niveau en lsf ni votre projet professionnel.
        Pour le DCL, il sanctionne un niveau en langue, il ne vous donne pas une qualification professionnelle. Se prétendre interprète ou traducteur ou interface en langue des signes car on a réussi ce diplôme serait donc une supercherie. En effet, il ne valide qu’un certain niveau, qu’une compétence dans la langue que vous avez choisie (LSF, anglais, allemand, chinois…) et que vous pourrez ainsi utiliser dans le cadre de votre métier, par exemple infirmière, éducateur spécialisé, avocat, garagiste, maitre-nageur… Il ne vous donne pas un métier.

        J'aime

      3. D’accord,le DCL nous donne donc seulement un repère officiel sur notre niveau en LSF.
        Il s’agirait donc là plus d’une étape pour savoir où on en est dans notre pratique d’une langue.
        Selon les différents formateurs sourds de l’Ile,j’ai le niveau 11.Je souhaite bien sûr aller beaucoup plus loin.
        C’est donc pour ça que mon avenir professionnel ne peut exister seulement en métropole.
        Comment se passe par exemple le recrutement des AVS signant,est-ce un peu anarchique et absolument pas porter sur ses compétences en langue des signes comme souvent ici,à La Réunion???(Plusieurs AVS rencontrer ne savaient pas dire bonjour!!!)

        Merci encore pour vos réponses car je connais très peu le contexte métropolitain.

        J'aime

      4. Malheureusement je suis dans l’incapacité de vous répondre précisément car je ne connais pas le processus de recrutement des AVS d’autant que leur statut vient d’être modifié.
        Vous devriez prendre directement contact avec le rectorat qui vous intéresse (Paris par exemple) qui je suis sur sera mieux à même de vous répondre que moi.

        J'aime

  20. olivia

    Bonjour,
    Je viens de découvrir votre site… Une question me revient sans arrêt: pourquoi le capes de LSF serait mieux approprié pour des personnes sourdes?? Les enseignants de langues anglaises, allemandes ou espagnoles ne sont pas nécessairement des anglais, allemand ou espagnol!
    Les capes de langues vivantes sont ouverts aux personnes de langue maternelle française. Pourquoi vouloir cloisonner le capes de LSF aux personnes sourdes…?

    J'aime

  21. Moi

    Bonjour, je voulais vous poser des questions moi aussi🙂
    Voilà, je suis en Nouvelle-Calédonie et j’ai eu un coup de coeur pour la langue des signes il y a quelque temps. Seulement, pour avoir une formation diplomante, il faut que j’aille en France et cette idée ne me ravie absolument pas. Je n’ai vraiment pas envie d’aller en métropole.
    Serait-il possible de suivre le master par correspondance ?
    Et faut-il absolument avoir une licence ou on peut entrer avec un BTS?
    Merci d’avance pour vos réponses.🙂

    J'aime

  22. Dépernet

    Bonjour je suis en 3ieme et être professeur en LSF m’interesse mais je ne sais pas quoi faire pour l’apprendre concrètement des cours sont ils disponible quelques part puis-je l’apprendre le mercredi après les cours du lycée(général) ?Et après le lycée que faut-il faire ? Je n’y comprends rien et je commence a me dire que cela va couter cher

    J'aime

    1. Bonjour,
      Pour vous répondre plus précisément il faudrait que je sache dans quelle région vous habitez.
      Le mieux serait que vous trouviez près de chez vous une association délivrant de cours de LSF.
      Ensuite, une fois votre bac en poche, vous pourrez poursuivre vos études en université en science du langage par exemple, l’objectif étant d’obtenir un Certificat d’ aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds (CAPEJS).

      Bonne journée
      Stéphan

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s