Soutenez la création d’un centre relais téléphonique

Cette semaine, au Sénat, sera présenté le projet de loi « Pour une République Numérique » et son fameux article 43 (dont je vous ai déjà parlé) qui doit permettre la création d’un centre relais téléphonique généraliste.

Ce système, déjà opérant aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans, consiste à intégrer dans la communication un dispositif intermédiaire assurant la transcription ou la traduction, depuis la langue parlée vers la langue écrite ou la langue des signes, et vice-versa.
Dans le cas de la langue des signes, l’usager sourd contacte le centre relais téléphonique via une webcam. Un interprète diplômé réceptionne son appel en LSF et le traduit en français oral à la personne entendante que le sourd voulait joindre (et inversement).
Ainsi sourds et entendants peuvent facilement communiquer par téléphone via des interprètes F-LSF.

Mettre en place ce système semble une évidence. Pourtant nombreuses sont les réticences pour des raisons financières et autres intérêts privés.

L’AFILS ainsi que de nombreuses associations – FNSF, UNISDA, MDF, AFIDEO, ANPEDA, ANPSA, FNAF, Aditus – ont, par leur action, permis que l’article 43 soit modifié en prenant en compte leurs préconisations.

Il faut à présent encourager les sénateurs puis les députés à voter cet article tel qu’il est rédigé aujourd’hui.

Pour cela je vous encourage, pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait,à signer la pétition que nous avons mis en ligne :

Pétition pour que les personnes sourdes ou
handicapées de la communication puissent téléphoner 

En bonus une vidéo, réalisée par l’agence Aditus et très joliment interprétée en LSF par ma collègue Alexandra, dans laquelle je vous explique succinctement pourquoi l’AFILS soutient l’article 43 et la création d’un centre relais téléphonique universel, généraliste et de qualité.

« Bientôt les interprètes en langue des signes remplaceront les centrales nucléaires »

Face au réchauffement climatique, au danger que représentent les centrales nucléaires, les interprètes en langue des signes seront-ils la solution ? C’est possible.

Rassurez-vous, aucun Docteur Frankenstein n’a prévu de nous transformer en pile électrique. Néanmoins, un nouveau système, qui est encore à l’état de prototype, est en cours d’élaboration ; il devrait prochainement permettre aux interprètes qui traduisent vers une langue des signes de produire de l’électricité.

Les premières phases de test ont déjà eu lieu et les résultats récemment dévoilés sont encourageants.
C’est ce que j’ai pu constater lors d’une conférence, à laquelle j’ai été invitée et qui fut donnée en marge de la COP 21 par le fondateur et président franco-américain de la startup K-Bio, Jonas Whale.

L’idée lui est venue tandis qu’il dansait à l’Aquarium, un nightclub à Amsterdam, aux Pays-Bas.
« Ce club est connu dans tout le pays pour avoir mis en place un sytème de récupération de l’énergie produite par les danseurs sur le dance-floor. Conçues par l’entreprise l’entreprise Sustainable Dance Club (SDC) , des dalles récoltent l’énergie cinétique produite par les danseurs ce qui permet à la boite de nuit d’alimenter l’éclairage grâce à l’énergie produite par les mouvements des danseurs », explique-t-il.

 

Mais pourquoi associer ce système à des interprètes en langue des signes ?
Simplement car la soeur de Jonas est sourde et qu’il a fréquenté de nombreuses interprètes qui traduisaient pour elle. « Je suis même sorti avec l’une d’elle, Gladys Mermaids une interprète en langue des signes américaine (ASL) durant 5 ans. Le soir, assis dans mon canapé, je la regardais traduire frénétiquement le journal télévisé ». C’est ainsi qu’il a eu le déclic.

« J’ai une formation d’ingénieur en génie électrique, dans ma tête mes neurones ne pensent qu’aux protons et aux électrons. En voyant l’énergie qu’elle déployait à bouger ses bras et ses mains dans tous les sens pour suivre le ryhtme du journaliste, j’ai pensé qu’il était idiot de gaspiller toute cette énergie produite et qu’on pourrait la transformer en électricité ».

C’est ainsi que l’idée de l’interprète produisant de l’électricité est née et qu’il a créé dans la foulée, en 2012, sa startup située à Paris, rue du Faubourg Poissonnière dans le 9ème arrondissement, K-Bio.

« Avec cette invention, mon but est que les interprètes en langue des signes soient auto-suffisants durant leur journée. Pour avoir vécu avec une interprète  je sais qu’ils sont toujours en déplacement et qu’ils n’ont pas forcement la possibilité de recharger comme ils le voudraient leur téléphone ou leur ordinateur portable. Avec mon système, ils seront totalement indépendants, ils pourront se passer des prises électriques. Aujourd’hui je travaille pour cette profession car il y a un marché de niche qui me permet de tester grandeur nature mon prototype mais demain j’espère bien le proposer à d’autres professionnels qui sollicitent leurs bras comme les caissières, les policiers réglant la circulation, les maitres-nageurs, les lanceurs de javelots, les peintres en bâtiment… ». 

Voici dispositif : au début de ses recherches, il a conçu un gant comme on peut le voir sur cette photo prise en 2013 lors d’une conférence destinée à trouver des fonds pour financer le développement de son entreprise.

gants-enable-talk-diapo-2

Ayant parfaitement conscience qu’aucun interprète ne pourrait traduire correctement avec cet engin autour des mains, il a axé ses recherches sur la miniaturisation des composants et autres bobines et il est arrivé à un résultat plutôt encourageant.

« Nos équipes de chercheurs et de techniciens sont parvenus à créer un gant qui épouse parfaitement les contours de la mains. Aujourd’hui il est bleu pour les besoins des démonstrations afin qu’il soit parfaitement visible comme aujourd’hui à la COP21 mais demain il nous sera aisé de le rendre soit transparent soit de couleur chair pour qu’il soit quasi-invisible. »

glove1

Jonas Whales nous en détaille le fonctionnement : « l’énergie cinétique produite par les bras des interprètes en action est convertie en électricité grâce à un mini-transformateur que nous avons conçu au sein de K-Bio. Puis cette électricité est stockée dans une batterie spéciale fixée à l’arrière du pantalon. Il suffit ensuite à l’interprète d’insérer son téléphone à l’intérieur, et d’attendre que la LED verte s’allume, signifiant que la batterie est rechargée ».
Ou comment l’interprète F-LSF se transforme en véritable poisson électrique !

 

Capture d'écran 2016-03-31 18.27.02

D’après les calculs des ingénieurs de la startup K-Bio et comme on peut le constater sur les graphiques que l’entreprise a projetés durant la conférence, l’interprétation d’une réunion d’une douzaine de personnes pendant une heure produit de quoi recharger de +18% la batterie de son téléphone portable. Pour un entretien, il faut compter deux heures pour atteindre un pourcentage identique.

IMG_5560

Interrogé par une journaliste qui lui demandait quel avenir il imaginait pour cette invention, le jeune entrepreneur a conclu : « nous ne sommes qu’au début du développement de cette nouvelle utilisation de l’énergie cinétique pour produire de l’électricité. Aujourd’hui ce sont les interprètes en langue des signes qui peuvent recharger leur téléphone grâce à leur activité professionnelle. Demain c’est chacun de nous qui produira sa propre énergie et nous pourrons dire adieu aux centrales nucléaires ou à charbon qui polluent tant et qui sont tellement néfastes pour notre terre. Voilà pourquoi je dis que bientôt les interprètes en langue des signes remplaceront les centrales nucléaires ! »

Capture d'écran 2016-03-31 18.54.55

Un seul regret : cette conférence organisée en marge de la COP 21 n’était pas traduite en LSF.
C’est dommage car vu le débit et l’enthousiasme de Jonas Whales quand il parlait, l’interprète devant le traduire aurait sans doute produit assez d’électricité pour éclairer la ville de Marseille durant une semaine.

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Quel diplôme pour devenir interprète F-LSF ?

C’est la question qui revient le plus souvent dans les commentaires que je reçois : comment fait-on pour devenir interprète en langue des signes, quel diplôme faut-il obtenir pour être interprète F-LSF ?

La réponse est simple : si vous voulez exercer ce métier – qui compte environ 450 professionnels – vous devrez suivre un cursus universitaire (équivalent à un bac + 5) qui, a l’issue d’un examen réussi, vous délivrera un diplôme (Master 2) reconnu par l’AFILS.

master1

En effet, avoir un bon niveau en langue des signes est une condition nécessaire mais pas suffisante pour devenir interprète.
Par exemple, une personne entendante enfant de parents sourds signeurs a pour langue naturelle la LSF (on appelle ces personnes CODA pour Children of Deaf Adults). Mais sa seule filiation, son héritage linguistique ne lui permet pas de s’auto-proclamer interprète F-LSF sinon je serais moi-même interprète Français-Anglais (ma mère étant anglaise), un fils de plombier serait naturellement un as de la robinetterie, la fille d’un chirurgien émérite pourrait opérer sans avoir suivi des études de médecine et le fils du voisin qui est pilote de ligne serait embauché par Air France après avoir eu son baccalauréat (ou pas).

Comme pour chaque métier il faut faire l’effort d’apprendre la théorie (le code déontologique par exemple), la pratique (les stratégies d’interprétation) en plus de parfaire votre expression en LSF et en français (voire une 3ème langue).
De plus, de longues périodes de stages pratiques auprès d’interprètes diplômés vous permettront d’acquérir les bases de ce métier passionnant.
C’est la seule et unique voie pour embrasser cette profession, il n’y en a pas d’autres. Alors oubliez les pseudo formations d’interfaces ou de médiateurs qui ne mènent à rien, et surtout pas à un diplôme reconnu par l’Education Nationale.
Si vous êtes motivés pour devenir interprète F-LSF, tant mieux, relevez vos manches et rejoignez une des 5 formations universitaires décrites ci-dessous, consultez les sites internet de ces universités et n’hésitez pas à les contacter pour d’autres informations, nous entrons dans la période des pré-inscriptions. 

Généralement pour postuler à l’examen d’entrée, on vous demande en plus de solides compétences en français et LSF, de posséder une licence, quelque soit sa spécialité (sciences du langage, mathématiques, droit, histoire, biologie moléculaire…).

Bon courage !

carte formations

Université Paris 3 (ESIT) :
Centre Universitaire Dauphine (2ème étage)
Place du Maréchal de Lattre de Tassigny 75016 PARIS
Tel : 01 44 05 42 14
Lien vers le site Internet

Université Vincennes Saint-Denis (Paris 8) : 
2 rue de la Liberté 93526 SAINT-DENIS
Bât A, salle 144
Tel : 01 49 40 64 18
Lien vers le site Internet

Université de Toulouse Le Mirail (CETIM) :
Bâtiment 31- bureau LA 16
5 allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9
Tel : 05 61 50 37 63
Lien vers le site Internet

Université Charles de Gaulle (Lille 3) :
UMR STL–bâtiment B
B.P. 60149 59653 VILLENEUVE D’ASCQ CEDEX
Tel : 03 20 41 68 87 ou 03 20 41 69 36
Lien vers le site Internet

Université de Rouen : 
rue Lavoisier
76821 Mont-Saint-Aignan Cedex
Lien vers le site Internet

———-

D’autres informations sur le site Internet de l’AFILS, l’association française des interprètes et traducteurs en langue des signes
http://www.afils.fr/formations

.

© Stéphan – ( i ) LSF

6 portraits d’interprètes F-LSF

Il est parfois bon de rappeler que derrière le métier d’interprète en langue des signes on trouve d’abord des hommes et des femmes (plutôt des femmes d’ailleurs) passionnés par leur travail.

Pour vous permettre de mieux appréhender la dimension humaine de cette profession, je cède aujourd’hui (volontiers) la place à 6 de mes collègues qui vont vous parler d’elles, de leur parcours, de leurs motivations, de leur plaisir d’interpréter, de leur amour pour cette langue.

Pour cela, j’ai sélectionné 6 portraits récemment parus dans la presse régionale

________________

AVEC ÉLISE AUTIN, IL SUFFIT D’UN SIGNE

Elise Autin

Elise Autin : « J’ai envie de sensibiliser les gens à la langue des signes et de donner l’accessibilité aux personnes sourdes à tout ce qui peut être accessible à qui entend »
http://www.lest-eclair.fr

________________

ESTELLE PARLE D’UNE LANGUE QUI FAIT BOUGER LE CORPS

saint-malo.estelle-parle-une-langue-qui-fait-bouger-le-corps

Estelle Eckert : « L’interprétation construit un pont entre deux langues, deux cultures et deux communautés »
http://www.ouest-france.fr

________________

LANGUE DES SIGNES : JE TRADUIS LA VIE

P1140063-630x0

Annaig Le Naou : « Je n’imaginais pas cette dimension, c’est une autre réalité : là où il y a une langue, il y a une culture, une histoire et donc de nouvelles valeurs à transmettre »
http://www.cotebrest.fr

________________

L’INTERPRÉTATION FRANÇAIS/LANGUE DES SIGNES, MÉTIER À PART ENTIÈRE

2264006

Coline Peronne : « On se retrouve parfois au coeur de situations difficiles humainement. J’ai été témoin d’injustices. Mais il faut passer par-dessus, parce que notre code éthique nous impose fidélité, neutralité, secret professionnel »
http://www.lepopulaire.fr

________________

COMMENT ALICE CHEYLUS EST DEVENUE LA SEULE INTERPRÈTE LIBÉRALE DIPLÔMÉE EN LANGUE DES SIGNES EN CORRÈZE 

2485812

Alice Cheylus : « On traduit les idées, pas le mot à mot. Les gens autour de nous doivent parler normalement et on finit par se faire oublier. C’est notre voix qui parle pour la personne sourde. Quand l’interprète fait partie du décor, c’est gagné ! »
http://www.lamontagne.fr

________________

LA LANGUE DES SIGNES TACTILE EST UN CHALLENGE PASSIONNANT 

1147597_10151878036203756_1860996956_o

Marion Le Tohic : « J’interviens beaucoup auprès des personnes sourdes-aveugles, en langue des signes tactile, que j’ai apprise à Poitiers: cela me convient bien, c’est un challenge pour l’interprétation mais c’est passionnant »
http://www.centre-presse.fr

.

© Stéphan – ( i ) LSF

Être interprète pour un voleur ? C’est possible !

Etre interprète en langue des signes peut vous amener à travailler dans des situations inconfortables comme le prouve cette vidéo en anglais-BSL (British Sign Language).
C’est pourquoi nous n’en voudrons pas à notre collègue de perdre parfois un peu de sa nécessaire neutralité vu le contexte anxiogène.

.

© Stéphan – ( i ) LSF