Double Sens

Une nouvelle revue scientifique autour de l’interprétation, de la traduction et des langues des signes vient de voir le jour sous la direction de Sandrine Burgat et Florence Encrevé.
Il s’agit de Double Sens, éditée par l’AFILS, dont le 1er numéro (auquel j’ai participé) s’intitule :
"Les interprètes en langue des signes, des interprètes comme les autres ? Premier volume – Théories et techniques".

Au sommaire vous trouverez les articles suivants :

- Peut-on parler d’une spécificité de l’interprétation français/LSF ? Quelques théories de l’interprétation analysées à la lueur des particularités sémiotiques et culturelles de la LSF, par Sandrine Burgat
– Le décalage au service de l’économie en interprétation de conférence du français vers la langue des signes française (LSF), par Lauranne Chasez
– Les interprètes en langue des signes française dans les textes législatifs et réglementaires, par Pierre Guitteny
– Les interprètes en langue des signes et l’AIIC, par Stéphan Barrère

Ainsi que des comptes-rendus de lectures d’ouvrages et articles portant sur la langue des signes et/ou le métier d’interprète.

Le prochain numéro, à paraître en décembre, portera sur "les formations et les représentations".

Ci-dessous la couverture du 1er numéro et le bulletin d’abonnement.

Double Sens couverture numéro 1 juin 2014

Double Sens bulletin d'abonnement

Le métier d’interprète F/LSF vu par des collégiens

Des élèves du collège Nicolas Vauquelin à Toulouse ont voulu mieux connaitre le métier d’interprète en langue des signes et nous faire partager leur découverte.

Capture d'écran 2014-09-11 11.17.15

Pour cela ils se sont rendus à Interpretis, une SCOP créée en 1999. L’équipe de ce (grand) service se compose d’une trentaine d’interprètes et de personnels administratifs. Leur activité principale est bien sur l’interprétation français/langue des signes française, mais ils interviennent également dans la formation des futurs interprètes, et comme experts dans l’accompagnement à la création de nouvelles structures d’interprètes.

Ils y ont tourné un reportage que voici :

Journal de l’AFILS n°88

Le dernier numéro du Journal de l’AFILS est particulièrement réussi et sera d’une lecture enrichissante tandis que vous vous délasserez sur une plage ensoleillée, les pieds dans l’eau.

Ainsi le dossier intitulé "L’étrange cerveau de l’interprète" vous fera plonger, non pas dans les fonds sous-marins, mais au coeur du cerveau des interprètes.
Pour cela l’équipe du journal a interrogé de nombreux spécialistes qui décortiquent l’étonnante plasticité de notre cerveau et nous expliquent comment il s’adapte progressivement à ce nouveau métier, quelles opérations cognitives il met en oeuvre pour jongler entre les langues.

A noter aussi pour prolonger vos vacances un reportage sur la situation de l’interprétation en langue des signes au Québec.

 

CouvSommaire88

CouvSommaire88 - copie

Si vous souhaitez commander un numéro (celui-ci ou un plus ancien) ou vous abonner, il vous suffit d’aller sur le site de l’Afils où vous trouverez un bon de commande :
http://bit.ly/journalafils

L’interprète, artiste tragi-comique

Faut-il s’étonner que le terme "interprète" désigne à la fois :
- une personne qui traduit les paroles d’un orateur, ou le dialogue de deux ou plusieurs personnes ne parlant pas la même langue et qui leur sert ainsi d’intermédiaire ;
- une personne chargée de faire connaître les intentions, les désirs d’une autre ;
- un artiste qui joue un rôle ou un morceau de musique en traduisant de manière personnelle la pensée, les intentions d’un auteur ou d’un musicien.
(source : CNRTL : http://www.cnrtl.fr/lexicographie/interprète )

Sans doute pas car il suffit de regarder (ou d’écouter) un interprète travailler pour constater, dès lors qu’il traduit le discours d’une personne pour une ou plusieurs autres personnes, qu’effectivement il joue un personnage, il "endosse" un rôle où il n’est plus responsable des propos qu’il ne fait que transmettre, ainsi que le ferait un comédien sur une scène de théâtre.

Jean-Antoine_Watteau_-_Italian_Comedians

L’une de mes collègues, Anne Dubois, dans son mémoire de fin d’études définit le rôle de l’artiste interprète comme suit :
"Le comédien devra faire du langage de l’auteur le sien propre, l’assimiler et le rendre concret, lui donner chair, voix et vie. Cela implique non seulement la mémorisation du texte et sa restitution fidèle mais également tout le sous-texte, ce qui n’est pas dit, ce qui est sous-entendu, ce que le personnage pense, le lien entre sa pensée et ses paroles, entre sa pensée et ses gestes. Car l’art du comédien est de restituer également tout l’aspect non-verbal."

Puis, à propos de l’interprète en langue des signes, elle note :
"Il doit endosser les émotions du locuteur s’approprier son discours, comprendre rapidement son intention, ce qu’il dit et qu’il sous-entend et ce qu’il ne dit pas (le sous-texte du comédien). Il doit choisir le niveau de langue et le lexique qui correspondent et comme pour le comédien, idéalement, les mots et gestes devraient sembler être créés sur le moment, sortir naturellement. C’est un comédien qui alterne rapidement les prises de rôle, utilisant tantôt la voix, tantôt les gestes. (…) Il doit garder tous ses sens en alerte et les mettre au service de la prestation. Sa performance ne s’arrête pas là : il doit prêter sa voix au locuteur Sourd en utilisant les intonations, la respiration et des gestes, au locuteur entendant avec les expressions du visage que pourrait avoir l’Entendant s’il était Sourd. Chaque locuteur devant idéalement avoir l’impression de converser avec une personne parlant la même langue que lui."

Créature dont l’effacement est la condition nécessaire et tragique du succès de sa tâche, l’interprète devient l’autre, celui qui parle pour se faire oublier de tous. Situation paradoxale pour un interprète en langue des signes, nécessairement visible pour être compris mais qui se doit d’être le plus transparent possible, tandis qu’il joue les deux rôles, le locuteur entendant et le locuteur sourd, tel un comédien à qui on soufflerait le texte au fur et à mesure. Il n’existe plus en tant qu’individu, mais en tant qu’interprète.

[ Cette nécessité pour l'interprète en LSF de devenir l'autre est facilitée par l'originalité de la langue des signes car cette dernière "donne à voir" notamment via ce que les linguistes nomment "transferts" ou "prises de rôle". Par exemple, l'analyse des transferts de personne met en évidence la capacité du locuteur à entrer dans la peau des protagonistes de l’énoncé (personne, animal, objet). Le locuteur devient l’entité dont il parle. Si ce thème des transferts vous intéresse je vous conseille  la lecture de l'article de Marie-Anne Sallandre : Va et vient de l’iconicité en langue des signes française ]

Dans ce processus d’identification il n’est alors que l’interprète des mots des autres, sans opinion propre et sans avis personnel, ne participant pas, bien sur, à la discussion. En cela, il se conforme à son code déontologique qui stipule qu’il se doit d’être neutre et fidèle dans son travail.

Françis Jeggli (interprète F/LSF et formateur en master d’interprétation) s’est également intéressé à ce thème dans un article du journal de l’AFILS : "L’interprète va essayer de rendre non seulement la pensée et le vouloir dire du locuteur original mais aussi son ton, ses émotions et pour pouvoir faire les anticipations nécessaires à toute interprétation simultanée, il essaiera presque, de façon plus ou moins consciente, de penser comme lui afin de deviner au plus juste les paroles qui vont être prononcées."
Approfondissant son hypothèse, il parle même "d’incorporation" : ce n’est plus l’interprète qui entre dans la peau d’un personnage, mais le personnage qui possède l’interprète :
"Il est en nous. (…) On s’aperçoit alors que l’anticipation marche à cent pour cent. On est tellement sur la "même longueur d’ondes" que c’est presque lui, en nous, qui pense le discours avant de le dire."

Phénomène rare, durant lequel on a réellement le sentiment d’être habité par l’autre, de sentir et comprendre ses pensées avant même qu’il ne les exprime.
Dans cette situation, l’interprète n’est plus, il n’existe plus en tant que sujet pensant autonome, il s’expose à un oubli total de lui-même.
Sa mission finie, il semble alors revenir de loin, se retrouvant comme réincarnant son propre corps et ses pensées, ce mécanisme nécessitant plusieurs secondes à s’opérer.
Selon Francis Jeggli, l’interprète peut même aller jusqu’à, inconsciemment, imiter la façon de signer de la personne sourde. En se dépersonnalisant, il disparaît aux yeux des locuteurs pour mieux intégrer son rôle.

Logiquement certain(e)s de mes collègues ont cherché à fusionner les rôles de l’interprète en langue des signes et celui de comédien en montant sur scène comme artiste et interprète lors de spectacles bilingues F/LSF.
C’est le sujet de ce reportage de France 3 sur la pièce Ouasmok adaptée en LSF par Sandrine Schwartz, interprète-comédienne F/LSF.

——–

Sources :
– Anne Dubois : article d’après mémoire : Artiste… Interprète… –  journal de l’AFILS n°72, décembre 2009
– Francis Jeggli : Réflexion sur le métier d’interprète, le jeu du "je" – journal de l’AFILS n°32/33, février/avril 1998
– Véronique Savary : mémoire "Le trac et les interprètes en langue des signes"

L’AFILS à l’AIIC

Derrière ce titre abscons il faut simplement comprendre que l’Association Française des Interprètes et Traducteurs en Langue des Signes (AFILS), a participé aux 60 ans de l’Association Internationale des Interprètes de Conférence (AIIC) qui se sont déroulés à l’Unesco (oui encore un sigle) en décembre dernier.

A cette occasion, Céline Juillet, vice-présidente de notre Association a pris la parole.
Voici la vidéo de son intervention où elle présente notre métier, son histoire, ses spécificités…

L’interprète, l’humaniste du 21ème siècle ?

"Associées aux trois facultés que l’homme a en partage, pour l’une avec les animaux à savoir les sens – et pour les deux autres avec Dieu – la raison et l’intelligence – la place centrale de l’homme et donc son rôle de "passeur" qu’elle lui confère, le dispose naturellement à l’exercice de l’interprétation.
Comme l’indique le préfixe "inter", l’ "interprétation" s’accorde  au statut "inter-médiaire" de l’homme grâce auquel celui-ci invente un lien entre le connu et l’inconnu du monde, entre le compréhensible et l’incompréhensible, entre l’intelligible et l’inintelligible.
L’homme de l’humanisme pénètre et éclaire les choses : il s’en fait, littéralement, l’interprète car il procède à l’ "interpretatio", c’est à dire, étymologiquement, à la révélation des choses cachées." 

Extrait du discours Meei-huey Wang prononcé lors la célébration des 60 ans de l’AIIC, inspiré par Jean Pic de la Mirandole et son "Discours de la dignité de l’homme" (1486).

Joli texte pour souhaiter  à
tous mes collègues interprètes/traducteurs
une très belle année 2014 !!!

Ayons aussi une pensée particulière pour les interprètes afghans qui furent les intermédiaires obligés entre les forces de la "contre-insurrection" et la population locale.
En effet, la France actuellement fait preuve de bien peu d’humanité à leur égard, leur refusant des visas pour qu’ils puissent venir s’installer dans notre pays alors que leur vie est menacée.

Le Monde, 03/01/2014 : A Kaboul, le désarroi des ex-interprètes afghans des forces françaises par Frédéric Bobin

Interprète en langue des signes : un métier d’avenir ?

Oyé oyé !

Marie-Laure Saurel, interprète F/LSF proposera jeudi 12 décembre à 19h00, bibliothèque Chaptal, Paris 9ème, une conférence intitulée :

"Interprète en langue des signes française, un métier d’avenir ?"

Je serai bien sur présent et je ne peux que vous encourager à venir assister aux débats si ce thème vous intéresse.

métier d'avenir

Est-il utile de préciser que d’autres interprètes F/LSF seront là pour traduire cette conférence ?