La tête dans les étoiles

Dans un Planétarium, il est difficile pour une personne sourde qui assiste aux ballets des étoiles, des planètes, des galaxies, de pouvoir en même temps bénéficier du spectacle et de la traduction en langue des signes des commentaires. En effet, soit il veut admirer les astres mais dans ce cas il faut éteindre les lumières et l’interprète en langue des signes disparaît dans la nuit artificielle, soit il veut voir l’interprète pour suivre les explications mais les lumières allumées lui interdiront d’observer la voûte céleste.

C’est en découvrant ce cruel dilemme qu’un groupe de chercheurs de l’Université Brigham Young aux Etats-Unis a eu l’idée initier un projet intitulé "Sign-Glasses" : il s’agit simplement d’insérer un interprète en langue des signes dans les Google Glass (les fameuses lunettes développées par Google).

Dirigée par Michael Jones, professeur adjoint en sciences informatiques, l’équipe de chercheurs s’est associée à l’Institut Jean Massieu, en Utah, qui accueille des élèves sourds, afin de démarrer les tests.
Comme le souligne le Professeur Jones, "c’est une chance extraordinaire d’avoir pu s’associer à un groupe de sourds qui s’expriment parfaitement en ASL (American Sign Language). Cela nous a permis non seulement de franchir rapidement les nombreuses étapes pour la mise au point de cet outil mais aussi de mieux comprendre leurs attentes".
Ainsi, c’est grâce aux recommandations des étudiants que l’interprète, qui était au départ visible en bas à droite comme habituellement, a été déplacé au centre du champ de vision, les sourds expliquant qu’il préféraient voir "à travers" les apparitions de l’interprète le spectacle du Planétarium.

google-glass

 

Cette innovation technologique qui était pensée au départ pour rendre enfin accessible le Planétarium pourrait bientôt se décliner vers d’autres applications, comme la visite de musées ou d’expositions ces lunettes faisant office de "visio-guide". Autre piste de recherche plus originale, la mise au point d’un outil permettant d’améliorer l’alphabétisation des sourds.
C’est justement la nouvelle étape de ce projet "Sign-Glasses" menée  avec l’Université de Georgia Tech. Une personne sourde lisant un livre pourrait grâce à ces lunettes faire apparaître un interprète pour traduire ou donner la définition d’un mot qu’il ne connaîtrait pas. Une sorte de dictionnaire langue des signes en pop-up !

Ce sont alors les étudiants de l’Université de Gallaudet, université américaine réservée aux sourds et malentendants qui pourraient s’en emparer, en attendant qu’un jour, peut-être, une entreprise française se décide enfin à adapter ces Google Glass vers la langue des signes française (LSF) et que des interprètes F/LSF surgissent au fond d’un verre… de lunettes.

Une démonstration (en anglais) de cette invention :

About these ads

2 réflexions sur “La tête dans les étoiles

  1. Pingback: La tête dans les étoiles | des sig...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s