L’interprétation de liaison

Les interventions des interprètes en langue des signes sont classées en 3 groupes ou situations : l’interprétation de conférences, l’interprétation de réunions ou de formations, l’interprétation de liaisons. Enfin une dernière a fait son apparition depuis quelques années : la visio-interprétation.

Capture d’écran 2013-11-24 à 14.22.09

Une interprétation est dite « de liaison » lorsque l’interprète intervient, seul, entre deux ou trois personnes dans le cadre d’une démarche individuelle. Il peut s’agir d’un entretien lié à l’emploi (embauche, licenciement, entretien individuel annuel…) ou à la vie courante (achat immobilier, médecin, avocat, banque, MDPH…).

L’interprétation de liaison suppose une grande polyvalence et une vigilance accrue sur son comportement, ses attitudes.

C’est dans les rencontres individuelles que la notion de « transparence » de l’interprète est la plus difficile à maintenir, du fait du petit nombre d’interlocuteurs. Comme le souligne l’AFILS : « La transparence est l’objectif à atteindre. Elle signifie que les locuteurs en présence ont instauré une relation telle que la présence de l’interprète est oubliée.  Savoir s’effacer requiert une grande compétence technique et une bonne stabilité émotionnelle ».

Par ailleurs dans de nombreuses situations de liaison la responsabilité de l’interprète est majeure. En effet, une erreur d’interprétation en milieu médical (une mauvaise traduction des doses d’un médicament à prendre par exemple) peut avoir de lourdes conséquences sur la santé de la personne sourde.

D’autres situations telles que les oraux d’examens, les entretiens d’embauche ont une incidence sur la vie future des personnes pour qui nous traduisons. Il ne s’agit donc pas de que la personne « rate » son examen ou face une mauvaise impression au DRH par la seule faute d’un interprète maladroit. Sans parler des gardes à vue ou des entretiens judiciaires où une simple erreur dans notre traduction peut prendre une tournure dramatique.

Outre ces situations délicates, l’interprète doit faire preuve d’une grande assurance et installer une relation de confiance avec les personnes qui s’expriment, la présence d’une tierce personne extérieure à la conversation étant forcément déstabilisant. Pour cela l’interprète en langue des signes doit respecter scrupuleusement de la déontologie de son métier et avoir une attitude appropriée à la situation (vêtements, mimiques, conventions de politesse, etc.). Ce comportement contribue à la notion de transparence que nous avons vue précédemment.

Les spécificités de ce type de communication répondent aussi à des critères stricts. Par exemple l’interprète doit se placer physiquement à une place bien précise, afin d’être le moins présent possible dans les échanges. C’est pourquoi une situation triangulaire est à proscrire. La triangulation signifie que l’interprète est dans le cercle de la communication et que tous les interlocuteurs se voient. Or, il n’est pas nécessaire que la personne entendante voit l’interprète. En conséquence, on se place face à la personne sourde et à proximité de la personne entendante, en étant légèrement en retrait. Ceci afin d’éviter que l’interlocuteur entendant s’adresse directement à l’interprète.

Dans les échanges l’interprète a la possibilité, contrairement aux situations de conférences, d’intervenir lorsqu’une information n’est pas traduite, suite à un débit de paroles important ou lors d’une incompréhension. Néanmoins l’interprète doit, dans sa demande, être bref et explicite afin de ne pas perturber le déroulement de l’entretien. Ces interventions techniques de l’interprète sont particulièrement importantes en situation de liaison. Elles sont désignées sous le terme général de « pilotage » qui renvoie au que l’interprète est le seul responsable de la gestion de sa traduction.

Les spécificités de l’interprétation de liaison tiennent souvent moins aux situations qu’à leur aspect inédit pour les entendants  et elles ont probablement un caractère exceptionnel pour nos homologues en langues orales (anglais, russe, chinois, turc…). En effet nous entrons dans la vie intime des personnes, nous avons une connaissance de leur histoire, de leurs relations, de leurs bonheurs ou malheurs. Cette intimité peut même être éprouvante comme lors de consultations médicales où le médecin annonce à son patient qu’il est atteint d’un cancer où quand l’assistante sociale déroule les épreuves de la vie rencontrée par une famille sourde.

Il faut aussi être clair dans son rôle d’interprète et ne pas se laisser déstabiliser par les apartés, les questions que vous pose souvent la personne entendante mettant de coté la personne sourde avec qui il est pourtant sensé discuter : « comment faites-vous pour traduire… ou vous pourriez lui expliquer… ou encore à votre avis est-ce-qu’il va pouvoir… ».

Enfin, la dernière particularité concerne l’équilibre de traduction vers les deux langues. D’une manière générale, sauf en situation de liaison, nous travaillons beaucoup du français vers la langue des signes. L’inverse (vers le français) est souvent ressenti comme une difficulté par les interprètes. En effet, une des caractéristiques de la LSF est justement la simultanéité des informations qui peuvent être contenues dans un « signe ». Par exemple, Paul Jouison, dans son étude des verbes de déplacement en LSF note : « La mise en évidence de la structure simultanée entraîne une constatation : (…) nous avons rencontré au sein d’un même signe le sujet de l’action, le nombre de sujets, la durée, le lieu, etc. … » Une telle quantité d’informations est difficile à exprimer en un seul mot.

En raison des enjeux personnels, sociaux, professionnels, médicaux ou autres que comportent les situations de liaison, l’interprète entre bien souvent dans l’intimité des interlocuteurs. Le respect de la déontologie est donc capital. L’interprète doit avoir un comportement de neutralité irréprochable, une fidélité au discours sans faille et conserver strictement le secret professionnel. Bien que sur la forme elle paraisse plus accessible que l’interprétation de conférence ou de réunion, en ce qui concerne le fond de l’interprétation de liaison requiert de la part de l’interprète une grande rigueur déontologique.

On peut ne pas être convaincus par cette catégorisation (conférence, réunion, liaison) qui existe essentiellement pour établir le tarif de notre vacation (en moyenne 130€ pour une interprétation de liaison). En effet rien ne dit qu’interpréter une conférence fut-elle extrêmement pointue ou technique soit plus difficile que de traduire une réunion de travail où tout le monde parle en même temps ou encore des situations complexes où l’affectif est très présent comme des rendez-vous médicaux ou sociaux.

Capture d’écran 2013-11-24 à 14.20.43

Un dernier exemple d’interprétation de liaison que j’ai vécu pour vous en convaincre :

Une patiente, sourde, est reçue par un médecin du service de cancérologie. Un peu perdue, elle est ici pour qu’il lui remette les dates de sa prochaine hospitalisation en vue d’une nouvelle série de traitements et notamment des séances de chimiothérapie. À la question du médecin (que je traduis) « comment allez-vous ? », elle se lance dans un long monologue cherchant à faire comprendre que ça ne va pas bien, qu’elle n’a plus faim, qu’elle perd un peu la tête, la preuve, elle a failli oublier la date du rendez-vous, elle mélange les jours de la semaine…

Durant ce temps, le médecin, qui ne semble pas l’écouter (là c’est un jugement subjectif de ma part) remplit des fiches sur les futurs traitements. Puis il relève la tête vers elle, l’interrompt et lui demande si elle pense partir en vacances avant son admission. Elle explique que non, car elle est seule, sans enfant… Bref cette femme cherchait à communiquer ses angoisses et ses interrogations à son praticien qui manifestement s’en fichait, volontairement ou pas. À la fin il lui dit simplement : « parfait, on se revoit le 17 pour le traitement, tout ira bien ». Puis il lui remet deux ordonnances presque identiques sans lui expliquer que l’une est pour l’hospitalisation et l’autre pour un traitement à prendre quelques jours avant. Et il nous salut puis nous indique la porte pour sortir.

Dans ce cas présenté, l’interprétation du rendez-vous médical n’était pas techniquement difficile à traduire. En revanche, en tant qu’interprète (et personne humaine) on ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine empathie pour tel ou tel usager et sa nécessaire position de neutralité peut troubler parfois son affect en lui donnant le sentiment d’abandonner la personne à son sort (il aurait été tellement plus facile d’aller voir cette dame après la consultation et de lui dire : « attendez je vais tout vous expliquer », de prendre la posture de l’interprète-sauveur).
Le rôle de l’interprète en situation de liaison n’est pas de sonder les corps et les âmes, d’essayer de comprendre les intentions de chacun (dans ce cas il courrait à la catastrophe se trompant régulièrement dans ses analyses). Il est juste là pour traduire des propos en interférant le moins possible des les échanges.

Il faut s’y tenir car, en dehors de toutes les justifications professionnelles et déontologiques, c’est aussi pour lui un moyen de se protéger, d’éviter un trop grand sentimentalisme qui pourrait perturber sa rigueur, son professionnalisme.

About these ads

4 réflexions sur “L’interprétation de liaison

  1. puisque vous abordez la tarification qui diffère suivant les 3 catégories, y a t il d’autres différences, par exemple la difficulté ou l’alternance d’interpète toutes les x minutes ?

    • Bonjour,
      Effectivement, lors de l’interprétation de liaison, l’interprète est seul contrairement aux autres situations (conférences ou réunions) ou nous travaillons à deux voire trois en faisant des relais de 15mn chacun.

  2. Merci pour ce témoignage.
    Pour le paragraphe « Durant ce temps, ce medecin… », je suis bien d’accord. J’ai déjà eu affaire, lors d’un RDV médical en présence d’une interprète de liaison, à une nonchalance de la part du médecin dans la prise en charge de problèmes de santé me concernant. Du coup, je me demande si ça arrive à tout le monde (entendants ou sourds) ou seulement aux patients sourds… Parce que j’ai l’impression que les médecins sont démunis, ne savent pas quoi faire face à des patients sourds pour lesquels il faut peut-être avoir une attitude adaptée pour mieux les rassurer et du coup peuvent penser que l’interprète de liaison pourrait faire l’affaire… Enfin je ne sais pas.

  3. Pingback: L'interprétation de liaison | des signes...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s