Le métier d’interprète F/LSF vu par des collégiens

Des élèves du collège Nicolas Vauquelin à Toulouse ont voulu mieux connaitre le métier d’interprète en langue des signes et nous faire partager leur découverte.

Capture d'écran 2014-09-11 11.17.15

Pour cela ils se sont rendus à Interpretis, une SCOP créée en 1999. L’équipe de ce (grand) service se compose d’une trentaine d’interprètes et de personnels administratifs. Leur activité principale est bien sur l’interprétation français/langue des signes française, mais ils interviennent également dans la formation des futurs interprètes, et comme experts dans l’accompagnement à la création de nouvelles structures d’interprètes.

Ils y ont tourné un reportage que voici :

L’interprète dans une classe d’école

C’est la rentrée alors voici une rapide synthèse à l’intention des enseignants
qui auront cette année un interprète F/LSF à leur coté dans leur classe.

class_2

Une remarque pour commencer : avant d’être "un interprète en milieu scolaire", l’interprète est d’abord un interprète diplômé. Comme tous ses collègues il est soumis au code déontologique de l’AFILS avec ses fameuses trois règles à savoir : secret professionnel, fidélité au message, neutralité.

Où se place l’interprète ? 

Dans la salle de classe, il est généralement près de l’enseignant, bien visible des élèves sourds. Tandis que le professeur parle ou bien qu’un élève répond à une question, l’interprète les traduit en langue des signes française. Inversement lorsqu’un étudiant sourd s’exprime dans sa langue, la LSF, l’interprète traduit ses propos en français oral compréhensible par le reste de la classe. Il ne s’assoit pas à coté des élèves sourds (comme le ferait un AVS par exemple) pour les aider à suivre le cours, à prendre des notes…
Présent dans la classe il permet à ces deux communautés linguistiques de se parler, de communiquer, de se comprendre.

Que traduit-il exactement ?

La réponse est simple : tout.
Son rôle est de traduire en langue des signes tout ce que les personnes présentes entendent dans la salle. Le cours, bien sur, mais également l’élève qui s’énerve contre sa mauvaise note, le professeur qui hurle contre un élève qui joue avec son téléphone portable, les deux jeunes filles au premier rang qui se moquent trop fort du garçon assis à coté.
Quelques bruits extérieurs également, la sonnerie de la fin des cours par exemple.
Tout ce qui se dit, tout ce qui est audible dans la salle est traduit afin que les élèves sourds participent pleinement non seulement à l’enseignement mais aussi à l’ambiance du cours, ses moments de rigolade, ses instants de fortes tensions…
Parallèlement tous les signes que feront les élèves sourds seront traduits. Une question au professeur, une réponse (bonne ou erronée), une remarque désobligeante sur la qualité de la nourriture à la cantine…
Par contre, il n’explique pas, il ne reformule pas le discours du professeur, il ne précise pas un point de détail, il ne corrige pas une réponse ; simplement il traduit ce qui est dit ou signé. 

Ainsi, grâce à sa présence chacun est égal dans la réception des informations.
Dans l’enseignement supérieur, quand les cours deviennent denses, qu’ils se complexifient, les interprètes travaillent en binôme, se relayant toutes les 15 minutes environ. Tandis que l’un traduit, l’autre se repose mais "activement" en restant vigilant aux propos échangés afin de "souffler" à son collègue si celui-ci butte sur une phrase, ne comprend pas un concept ou n’entend pas le nom du Général de l’armée allemande prononcé au fond de la classe.

Quelle place pour l’enseignant ? 

Pour un enseignant, travailler avec un interprète à ses cotés peut-être au départ déstabilisant.
Il faut d’abord s’habituer à avoir une personne à un mètre de soi qui "agite" ses mains.
Ensuite le professeur doit comprendre que l’interprète n’est pas là pour se substituer à lui. L’interprète ne le corrigera pas même s’il dit une ânerie, il n’interviendra pas pour aider les élèves sourds à comprendre le cours, à répondre à une question en leur donnant des indices, il ne dira pas non plus quel est l’élève qui a lancé la boulette de papier même s’il l’a vu contrairement à l’instituteur…

Cependant l’enseignant peut aider l’interprète dans son travail de traduction :

- en lui fournissant des éléments de son cours en avance (power-point, plan du cours, vocabulaires techniques…) ;
– en utilisant régulièrement le tableau pour noter les chiffres compliqués, les noms propres, les dates… ;
– en l’informant qu’une vidéo sera diffusée (et en la lui projetant avant le début du cours) et/ou en choisissant si possible un film sous-titrés en français ;
– en s’assurant que la classe est bien éclairée, que l’interprète n’est pas placé à contre-jour, qu’éventuellement il bénéficie d’un siège ;
– en pensant à aménager des pauses dans son enseignement pour que l’interprète puisse baisser les bras.

Quand des élèves sourds sont en inclusion dans une classe d’élèves entendants, il existe souvent un fossé entre eux par manque de communication, d’échanges. Grâce à une meilleure coordination entre le corps professoral et le corps des interprètes ont peut espérer qu’il sera en partie comblé en respectant non seulement l’identité de chacun (élèves et professeurs) mais aussi leur autonomie.

_________
D’autres article sur ce blog ont évoqué ce sujet :
L’interprétation en milieu scolaire
L’interprète et le professeur 

Signes extérieurs : une interprète sur la Planète des Singes

Pour exercer le métier d’interprète en langue des signes il faut parfois savoir voyager très loin. Dans l’espace bien sur mais aussi dans le temps, vers des lieux imaginaires, sur d’autres planètes…

la-planete-des-singes-l-affrontement-dawn-of-the-planet-of-the-apes-30-07-2014-10-g

Ainsi ma collègue originaire de la Nouvelle-Orléans, Shari Bernius a été embauchée il y a 1 an et demi par les producteurs du film "Planète des Singes – l’Affrontement" pour permettre aux homidés (humains et chimpanzés) de s’exprimer en langue des signes américaine (ASL).

En effet, pour ce nouvel opus, le réalisateur voulait montrer des singes doués d’une intelligence supérieure et sachant communiquer par signes ou pour certains par la voix. C’est pourquoi il a fait appel à Shari qui leur a enseigné les rudiments de l’ASL. Ainsi quand le méchant primate signe "nous pouvons les détruire, ils sont encore faibles", vous pouvez admirer le résultat de longues heures de travail hors-écran menées par Shari Bernius.

Comme elle l’explique, "pour les comédiens "humains", avant le tournage, j’ai travaillé de nombreuses heures avec eux, j’organisais notamment via Skype des sessions de formation".
Bien sur elle fut aussi présente sur le tournage, dans le parc d’attraction abandonné "Six Flags" qui a servi de décor au film, afin de poursuivre son enseignement, essayer de corriger leurs erreurs et suivre les changements dans le script souvent décidés à la dernière minute.

Si l’enseignement de l’ASL aux humains n’a pas posé trop de problème, elle a dû en revanche s’adapter pour les primates et travailler en partenariat étroit avec Terry Notary, leur éleveur. Ainsi, elle réalisait de courtes vidéos traduisant les phrases du scénario qu’ils étaient censés signer puis Terry faisait répéter ses jeunes apprentis comédiens chimpanzés en tenant compte de leur morphologie, de leur motricité, de leur mimique faciale, de leur façon de grogner…
Bref au final, comme le souligne Shari Bernius, c’était une langue des signes plus "primitive".  "J’ai enseigné à Terry la langue des signes américaine et il m’a initié à la langue des signes singe !"

Aujourd’hui après avoir vu le film, comment juge-t-elle les performances en ASL de ses élèves primates et humains ?

"Après l’avant-première, Matt Reeves le réalisateur m’a demandé ce que je pensais du résultat. J’ai été clair avec lui, je lui ai dit qu’on avait foiré, que ça ne ressemblait à pas grand chose. C’était terrible, tandis que je regardais le film je n’arrêtais de me dire, mais ça ne veut rien dire, ce n’est pas du tout ce que je  leur ai appris ! Puis en sortant de la séance j’ai enfin réalisé que c’était normal, après tout ils étaient censés s’exprimer en langue des singes et non des signes".

https://www.youtube.com/watch?v=bVXVl8u7IRY

Plus d’infos sur le site du The Times-Picayune 

Douarnenez, un Festival de cinéma militant pour Entendants et Sourds

Le Festival de cinéma de Douarnenez est né en 1978 à l’époque de grands rassemblements qui ont secoué l’histoire de la Bretagne et renforcé un vaste tissu associatif et militant. Ces luttes ont également aiguisé l’intérêt et la solidarité envers les combats et les résistances d’autres peuples, qu’on nommait "minorités nationales" ou "diversités culturelles".

Logiquement, dès son origine le Festival s’est interrogé sur les revendications linguistiques, culturelles et politiques de ces minorités d’ailleurs, en écho au contexte de lutte pour la survie de la culture et de la langue bretonnes en s’intéressant à cette notion de patrimoine des humains, celui de l’humanité, des langues, des cultures, des expressions singulières des peuples et des communautés, en présentant un cinéma inédit en France.

slide-festival-du-cinema-2014

Cet année, du 22 au 30 Août, Douarnenez accueille les peuples de l’Archipel indonésien, du Timor Leste et des Papouasies. Durant cette semaine seront programmés environ 150 longs métrages ou courts métrages, fictions, films d’animation ou documentaires, cinéma ou vidéo.
D’autres minorités et cultures en lutte sont également présentes tel les Intersexes ou les Sourds.

En effet, depuis 4 ans, le Festival fait une large place au Monde des Sourds (avec un S majuscule pour signifier l’appartenance culturelle et linguistique à une minorité définie de façon anthropologique comme pour une ethnie, un peuple), l’idée étant de les montrer sous l’angle d’une minorité victime de discriminations et engagées dans leur lutte.

Comme le raconte Laetitia Morvan, l’une des initiatrices de ce projet, "au moment où le Festival a intégré le monde des Sourds dans sa programmation, c’était avec la conscience qu’il s’agissait bien d’une minorité avec sa langue et sa culture propre. Mais l’équipe était alors freinée dans sa prise de contact avec la communauté : personne ne maîtrisait la LSF… on ne savait pas comment s’y prendre. Face à ce blocage de communication, le Festival a choisi de faire appel à des personnes entendantes connaissant la langue des signes, d’échanger avec elles pour glaner un maximum d’informations sur les Sourds. L’une de ces personnes entendantes, Maëlc’hen Laviec, s’est tout de suite mobilisée de son côté pour interpeller les Sourds. Elle a insisté pour qu’ils s’investissent dans la programmation afin de s’assurer qu’elle était cohérente avec leur réalité et que l’accessibilité correspondait bien aux besoins. Il est vrai que les Sourds sont très souvent frileux lorsqu’on leur propose des projets dont ils savent qu’ils sont organisés par des entendants. On trouve typiquement cette réaction de défiance chez eux. En effet, les Sourds ont l’habitude depuis très longtemps de voir les entendants tout organiser à leur place, passer leurs appels téléphoniques, etc, etc… en bref, prendre le pas pour tout gérer et tout diriger. Cela entraîne un sentiment de ras-le-bol et de nombreux malentendus culturels."

Voila pourquoi, sous la houlette de ma collègue et amie Laure Boussard, une quinzaine d’interprètes F/LSF bénévoles se relaient sur les différents sites du Festival pour permettre à chacun de communiquer avec l’autre.

Au delà de cette remarquable concentration d’interprètes en langue des signes (sans doute un record en France), cela permet surtout aux Sourds de découvrir d’autres cultures au même titre que chaque festivalier ; les interprètes étant (comme toujours) le trait d’union entre Sourds et Entendant, sans mise à distance ni différences…

Le site du Festival : http://www.festival-douarnenez.com/fr

Présentation de l’édition 2014 en LSF :

2014 06 Indonesie V4 from Festivaldz on Vimeo.

Signes extérieurs : Luxembourg

Profitons de cet été pour visiter d’autres pays et voir comment se porte ici ou là l’interprétation en langue des signes à travers des articles parus dans la presse papier ou internet.

Aujourd’hui nous nous rendons dans un pays voisin, le Luxembourg où l’Etat a embauché, pour la première fois une interprète en langue des signes allemande (car il ne doit pas exister une langue des signes luxembourgeoise spécifique), comme nous le raconte Le Quotidien dans son édition dominicale.

 

1280px-Flag_of_Luxembourg.svg

 

Pour mieux se faire "entendre"

Étant donné qu’au niveau mondial, 0,1 % des personnes sont sourdes, on estime qu’il y a au Luxembourg 250, voire 300 personnes concernées (750 000 en Europe). Ce sont les données livrées par le communiqué du ministère de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région accompagnant l’engagement par le gouvernement d’une interprète en langue des signes.

Le programme du gouvernement prévoit l’amélioration des conditions d’accessibilité, notamment en matière d’information pour les personnes malentendantes et sourdes. L’idée étant de mieux intégrer les personnes concernées dans la société, de leur permettre de vivre de façon autonome et d’exercer leurs droits.

Afin de réaliser ces objectifs et de mieux se faire «entendre» par la population malentendante et sourde du Luxembourg, l’État a engagé mardi une interprète en langue des signes. Sa mission consiste à assister les départements ministériels et les administrations de l’État dans leurs contacts avec les personnes malentendantes et sourdes. Elle assistera donc ces personnes dans leurs démarches auprès des services et administrations de l’État et soutiendra ces services dans leurs efforts de communiquer dans le respect de leurs besoins spécifiques.
 
L’interprétation se fera du luxembourgeois/français/allemand vers la langue des signes allemande (Deutsche Gebärdensprache DGS) et vice versa. La langue des signes n’est pas une langue universelle, elle varie de pays en pays et même parfois de région en région. Les différentes langues des signes sont des langues à part entière. Comme les langues orales, elles possèdent des lexiques et une structure grammaticale. Il n’existe pas de langue des signes luxembourgeoise. Au Luxembourg, la plupart des personnes malentendantes et sourdes s’expriment en langue des signes allemande et sont instruites en allemand.

Parmi les priorités du gouvernement en matière de politique pour personnes handicapées figure également la reconnaissance officielle de la langue des signes et la promotion de son utilisation. Des travaux pour une reconnaissance de la langue des signes allemande dans le cadre d’une modification de la loi du 24 février 1984 sur le régime des langues seraient actuellement en cours.

Journal de l’AFILS n°88

Le dernier numéro du Journal de l’AFILS est particulièrement réussi et sera d’une lecture enrichissante tandis que vous vous délasserez sur une plage ensoleillée, les pieds dans l’eau.

Ainsi le dossier intitulé "L’étrange cerveau de l’interprète" vous fera plonger, non pas dans les fonds sous-marins, mais au coeur du cerveau des interprètes.
Pour cela l’équipe du journal a interrogé de nombreux spécialistes qui décortiquent l’étonnante plasticité de notre cerveau et nous expliquent comment il s’adapte progressivement à ce nouveau métier, quelles opérations cognitives il met en oeuvre pour jongler entre les langues.

A noter aussi pour prolonger vos vacances un reportage sur la situation de l’interprétation en langue des signes au Québec.

 

CouvSommaire88

CouvSommaire88 - copie

Si vous souhaitez commander un numéro (celui-ci ou un plus ancien) ou vous abonner, il vous suffit d’aller sur le site de l’Afils où vous trouverez un bon de commande :
http://bit.ly/journalafils

Lettre ouverte à un client entendant

lettre-ouverte

Cher client,

Nous n’avons pas encore le plaisir de nous connaître mais tu m’as contacté par mail il y a quelques jours. Tu m’expliquais que tu devais bientôt animer une réunion et qu’une personne sourde, Étienne, serait présente. Par conséquent, en manager avisé tu as pensé à réserver un interprète F/LSF diplômé afin que sourds et entendants puissent communiquer et se comprendre pendant cette réunion.
Naturellement tu m’as demandé de t’établir un devis.

Après avoir étudié les conditions de mon intervention (contenu, technicité, durée, nombre de participants…)  je t’ai adressé un 1er devis pour l’interprétation F/LSF de ton rendez-vous.
Tu m’as alors dit que celui-ci te paraissait "un peu cher" surtout pour une petite réunion de service qui ne durerait pas plus d’une heure.
J’ai pris mon téléphone pour te donner des détails sur le montant, expliqué les contraintes mais aussi les enjeux liés à ce type d’intervention. Je t’ai également rappelé que cette dépense pouvait être déduite des contributions financières que tu versais éventuellement à l’AGEFIPH. Devant tes réticences je t’ai proposé de te renseigner auprès d’autres services ou collègues. En France nous sommes environ 400 interprètes F/LSF diplômés donc libre à toi de faire jouer la concurrence, de vérifier que mon prix correspond à celui du marché.
Mais attention : ne prends pas un interface de communication en LSF qui n’a ni les compétences ni aucun diplôme pour exercer ce métier simplement car il propose des tarifs moins chers.

Du coup, tu as commencé à chercher un petit peu, tu as trouvé d’autres agences qui te proposaient un devis d’un montant plus ou moins équivalent au mien. Mais, bizarrement tu continuais à rechigner à payer le prix d’une bonne traduction avec un professionnel. Et surtout, disons les choses franchement, payer un interprète en langue des signes te paraissait bizarre. En anglais ou en espagnol, bien sur, mais en langue des signes française !

Alors, tu as fait, dans l’ordre, les choses suivantes :

Option n°1 : tu refuses mon devis et tu décides de ne pas prendre d’interprète

Ce n’est pas très malin. Tu embauches une personne en situation de handicap (c’est bien) mais tu ne fais rien pour lui permettre d’être intégrée à ton équipe (c’est pas bien).
Pendant cette réunion vous allez sans doute évoquer la réorganisation du service, définir les enjeux pour l’année à venir, valider les nouveaux supports de communication et la personne sourde n’y sera pas associée.
Avec un peu de chance, à l’issue de la réunion un gentil collègue lui résumera en 2mn ce qui s’est dit en une heure mais jamais Etienne, ton salarié sourd n’aura pu s’exprimer, jamais il n’aura le sentiment de faire partie de ton équipe, jamais il n’aura été considéré comme un salarié à part entière contrairement à ce que stipule la loi du 11 Février 2005.
Toi-même tu reconnais que ça ne va pas donc tu passes à l’option suivante.

Option n°2 : tu rejettes de nouveau mon devis et tu fais appel à un collègue

Quelle chance ! Dans ton service, il y a Gérard l’informaticien dont la femme a un cousin dont le voisin est sourd ! Gérard il est extra, toujours prêt à rendre service et il sait signer. En tout cas tu l’as vu dans l’ascenseur dire à Étienne en langue des signes : "ça va ?" "en forme ?" et à la cantine "bon appétit".
Tu convoques Gérard dans ton bureau et tu lui expliques qu’à la prochaine réunion il s’assiéra à côté du salarié sourd et qu’il lui expliquera ce qui se dit. Gérard n’a pas l’air très à l’aise avec ton idée mais tu insistes, Étienne pourra aussi lire sur les lèvres si besoin. Le principal c’est qu’il comprenne vaguement ce qui est dit même il n’a pas tous les détails.
Hélas cher client entre dire "bonjour" en LSF pendant la pause à la machine à café et traduire "l’année prochaine en raison des incertitudes pesant sur le marché et des fortes tensions géopolitiques sur nos zones d’activités les prévisions à moyen et court termes sont fortement baissières" il y a un gouffre et ça Gérard, malgré toute sa bonne volonté il ne sait pas le traduire (d’ailleurs il ne comprends même pas ce que cela veut dire). Quant à Étienne ça le fatigue de devoir lire sur les lèvres depuis une demi-heure dans cette pièce mal éclairée.
Seconde déception. Tu te dis "on ne peut compter que sur soi-même" et tu passes donc à l’option suivante.

Option n°3 : tu snobes encore mon devis et tu décides de traduire toi même la réunion

Puisqu’on ne peut pas compter sur cet incapable de Gérard mais qu’il est important qu’Etienne soit au courant de ce qui se passe dans le service qu’à cela ne tienne, tu vas traduire toi-même la réunion. Enfin pas vraiment car tu n’es pas un sur-homme, tu es incapable de signer et de parler en même temps (de toute façon tu ne connais pas la langue des signes).
Non il y a plus simple. Une fois la réunion finie, tu fais venir Étienne dans ton bureau et tu recommences avec lui la réunion, en face à face. Tu parles lentement, tu t’aides de papiers et de schémas, tu répètes quand il ne comprend pas…
Ca dure deux heures (pour une réunion d’une heure) parfois tu t’énerves un peu (tu n’es pas très patient). En plus c’est dommage, Etienne fait des remarques intéressantes –  notamment son idée de réorganiser la chaîne de production n’est pas idiote – mais ses collègues n’étant pas là, tu ne peux pas demander aux autres ce qu’ils en pensent. Donc il va falloir refaire une réunion.
Bref, tu as perdu du temps, il faut tout recommencer, ça te fatigue par avance et donc tu tapotes sur ton ordinateur "traduction langue des signes interface".

Option n°4 : tu ne veux toujours pas valider mon devis et tu contactes une interface dont tu as vu l’annonce sur Le Bon Coin (comme celle-ci par exemple)

Décidément tu es têtu. Tu aurais pourtant dû te douter en lisant son annonce avec ses fautes d’orthographe et cette photo un peu ridicule que tu n’aurais pas le top du top. Mais bon à 20 € de l’heure, on ne peut pas s’attendre à des merveilles. Effectivement il n’y a pas eu de merveilles. La fille qui est venue était incapable de suivre ton débit, parfois elle s’arrêtait de signer alors que tu parlais (elle t’a expliqué qu’elle ne pouvait pas tout interpréter donc les passages qui ne concernaient pas le salarié sourd elle les omettait dans sa traduction) et malheureusement quand Étienne a voulu poser une question elle n’a pas compris ce qu’il signait donc finalement il a dû l’écrire sur un bout de papier.
A l’issue de la réunion Étienne était très en colère car la fille était également incompréhensible en LSF. Il a le sentiment d’être un sous-salarié car tu refuses de faire venir un interprète diplômé, tu préfères payer une interface incapable d’aligner correctement trois signes. Il refuse dans ses conditions de venir aux prochaines réunions et il espère quitter rapidement ton service face au manque de considérations que tu as pour lui, ce qui t’embête car Étienne il bosse bien et il sera difficile à remplacer.
Alors, tu te décides enfin à passer à l’option la plus sage : prendre un interprète professionnel.

Option n°5 : tu te rends à l’évidence, tu acceptes mon devis pour l’interprétation F/LSF de ta réunion

Finalement, dans ton désespoir, tu te souviens de mon mail et tu me contactes à nouveau. Tu me fais encore part de tes réserves sur le tarif que je propose. Je te demande alors pourquoi tu me rappelles après environ 3 semaines, moi qui croyais ton idée de faire traduire la réunion abandonnée. Tu me racontes brièvement tes tentatives qui ont tourné au fiasco, j’esquisse un sourire en t’écoutant tout en me disant "encore un". Cependant je reste ferme sur mon prix, je sais qu’il est correct et qu’il correspond au niveau de qualité que tu attends. À contrecoeur, tu l’acceptes quand même et tu me renvoies le devis signé avec la mention "bon pour accord".

Combien de clients s’arrêtent aux options n°1, n°2 et n°3 ou n°4 ? Des dizaines, peut-être même des centaines ! Ils font la même erreur que toi, ils croient tous pouvoir faire l’économie d’un professionnel, ce qui est dommage.
Bilan, cher client, tu as perdu 1 mois et tu as finalement payé le prix indiqué. Tu n’avais plus le choix, ayant par toi-même fait l’expérience qu’il n’existe pas d’autres solutions convenables.
Néanmoins bravo car tu as su reconnaître tes erreurs et finalement prendre un interprète qualifié.

Une fois l’interprétation de la réunion terminée…

Evidemment la réunion s’est bien passée, tu as pu t’exprimer librement, Gérard n’avait pas à t’interrompre toutes les 2 minutes pour tenter de suivre ton discours, la dynamique de groupe a bien fonctionné, chacun a pu s’exprimer. Quand Étienne a pris la parole, traduit vers le français par l’interprète, tu as même été surpris par la pertinence de ses idées et tu as regretté de ne pas l’avoir écouté plus tôt.

Quelques mois plus tard, je reçois de ta part une nouvelle demande pour l’interprétation des discours lors d’un pot de départ en retraite, tu acceptes mon devis sur le champ.
J’en conclue que l’investissement sur cette première vacation t’a probablement rapporté plus que tu ne l’imaginais.

Cordialement
Stéphan Barrère
Interprète F/LSF

PS : merci à Edouard et son article "le devis de traduction n’est pas un attrape pigeon" pour l’inspiration